Une petite Québécoise d’un an enflamme le web | Le Sac de chips
/unbelievable

Une petite Québécoise d’un an enflamme le web

 

La vidéo de la petite Kali Jazz Hamel de Donnacona a enflammé le web ces derniers jours, avec plus de deux millions de visionnements sur YouTube.

Les internautes ont craqué sur les pas de danse irlandais exécutés par la petite qui fêtera bientôt son premier anniversaire. Le plus surpris par cet engouement est peut-être le père de Kali Jazz, Sébastien Hamel, qui a filmé la scène et réalisé le montage en août dernier.

« On ne s’attendait pas du tout à ça. Quand je l’ai posté à l’époque sur Facebook, ma famille n’avait même pas réagi. Mais ça nous fait plaisir de savoir qu’on est parvenu à faire rire et sourire du monde de partout sur la planète », raconte le musicien de Donnacona.

La vidéo a commencé à devenir virale quand la mère de la petite, Stacy Ann Murray, a publié le lien sur le forum Reddit il y a quelques jours en indiquant en anglais : «Voici ce qui se passe quand je laisse papa seul avec ma fille».

Depuis, les clics n’arrêtent pas d’augmenter. Les parents de Kali Jazz ont reçu plusieurs appels d’agences qui désiraient gérer pour eux les droit d’auteur de la vidéo. Ils ont accepté et ont empoché un montant de départ de 1000 $. « On l’a tout de suite mis sur le compte de Kali. Ça lui fait un beau cadeau d’anniversaire », rigole son père.

Conscients du potentiel d’une telle vidéo, les deux parents ont même commencé à vendre des produits dérivés sur internet, comme des t-shirts, des tasses,  ou des peluches. « On travaille dans la musique donc on sait qu’il y a beaucoup de piratage. On ne voulait pas que quelqu’un se mettent à le faire à nos dépends. Et puis on s’est dit qu’on allait battre le fer tant qu’il était chaud », explique Sébastien Hamel.

Le père de Kali Jazz pense continuer à publier des montages amusants de sa fille. Mais il ne veut pas que cela devienne un commerce. « C’est tout de même ma fille, je ne voudrais pas que ça devienne forcé ou que ça lui nuise. Il faut que ça reste familiale », dit-il.​