Achèteriez-vous ce revolver après avoir entendu son histoire? | Le Sac de chips
/unbelievable

Achèteriez-vous ce revolver après avoir entendu son histoire?

Alors que le premier ministre canadien sème la controverse avec ses déclarations sur le droit à l’autodéfense, le débat sur le contrôle des armes à feu fait toujours rage chez nos voisins du Sud.

Afin de sensibiliser les New-Yorkais aux dangers des armes à feu, l’organisme américain States United to Prevent Gun Violence (États unis pour la prévention de la violence par les armes à feu) a eu la curieuse idée d’ouvrir un magasin d’armes en plein Manhattan. Dans la vitrine, une large enseigne invite les «premiers acheteurs» à venir découvrir leur inventaire.

Capture d'écran

Drôle de tactique, me direz-vous. Mais il y a une attrape.

Chaque arme vendue dans le magasin a son histoire: un enfant de deux ans a abattu sa mère dans un Walmart avec ce revolver 9mm semi-automatique après l’avoir trouvé dans son sac à main; c’est avec ce calibre .22 qu’un enfant de 5 ans a tué son petit frère de 9 mois en Ohio en janvier 2015; ce fusil d’assaut a fait 20 morts et 58 blessés lors de la fusillade d’Aurora, en 2012.

De quoi vous refroidir assez rapidement l’envie d’acheter une arme.

 

«Toutes les armes ont une histoire. Ne la laissons pas se répéter.»

Captée à l’aide de caméras cachées, la réaction des clients est sans équivoque:

«Ça m’a fait y repenser à deux fois; je n’achèterai pas ce fusil», avoue l’une d’entre eux à la sortie du magasin.

«Les acheteurs d’armes à feu croient souvent à tort que ces armes vont les protéger, alors que le fait de posséder une arme à la maison augmente grandement les risques d’homicide et de suicide», révèle Julia Wyman, directrice exécutive de States United to Prevent Gun Violence, au magazine Adweek. «Cette publicité remet les pendules à l’heure afin que les consommateurs puissent décider de façon plus éclairée s’ils doivent ou non se procurer une arme à feu.»

Une publicité qui ne fera peut-être pas changer d’avis les plus ardents défenseurs du 2e amendement, mais qui fait à tout le moins réfléchir aux dangers liés à la possession d’armes à feu.

 

Quelques statistiques sur les armes à feu aux États-Unis

  • Le nombre d’armes à feu en circulation aux Etats-Unis (légales et illégales) est estimé entre 270 et 310 millions, dont 114 millions armes de poing1;
  • Les États-Unis se classent premiers au monde pour le nombre d’armes à feu per capita, avec 90 armes par 100 habitants (comparativement à 30,8 au Canada)2;
  • En 2012, 34,4 % des ménages américains possédaient au moins une arme à feu1;
  • Il y a eu 160 tueries de masse aux États-Unis entre 2000 et 2013, faisant 486 morts et 557 blessés3;
  • En 2012, 27 personnes ont trouvé la mort dans une fusillade à l’école primaire de Sandy Hook, au Connecticut. Le tueur avait abattu 20 enfants et 6 adultes avant de retourner l’arme contre lui4;
  • La pire tuerie de l’histoire des États-Unis a fait 32 morts, en 2007 à Virginia Tech4;
  • 268 Américains sont blessés par balle chaque jour5;
  • En 2011, il y a eu 32 163 décès par balles aux États-Unis, dont 11 101 homicides, 19 766 suicides et 851 morts accidentelles1;
  • 102 des victimes accidentelles étaient âgées de moins de 18 ans; de ce nombre, la moitié avait moins de 13 ans6;
  • Selon plusieurs études, la présence d’armes à feu au domicile augmente par trois fois les risques de suicide7;
  • Les personnes qui ont accès à une arme à feu sont deux fois plus susceptibles d’être tuées par balle que ceux qui n’en ont pas7;
  • Malgré ces statistiques alarmantes, seulement neuf États américains obligent les propriétaires d’armes à feu à verrouiller leurs armes à l’aide d’un verrou à gâchette5.

Sources : 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7

À lire aussi

Et encore plus