L'art gai, en vedette au Musée McCord | Le Sac de chips
/potins

L'art gai, en vedette au Musée McCord

«Montréal est une ville gaie», n’hésite pas à dire la directrice du Musée McCord, Suzanne Sauvage, qui accueillera une exposition hors du commun sur l’identité homosexuelle, à compter du 10 avril.

Intitulée Camp Fires: Le baroque queer de Léopold L. Foulem, Paul Mathieu et Richard Milette, l’exposition a d’abord été présentée au Gardiner Museum de Toronto. Elle réunit des pièces de trois céramistes québécois de renommée internationale

«C’est leur expression d’un courant très fort dans la culture gaie et Montréal est quand même une ville gaie, une ville très ouverte, qui accueille beaucoup de manifestations gaies. Je trouvais que c’était tout à fait pertinent qu’on expose ça au Musée», explique la directrice, Suzanne Sauvage.

La mission du Musée McCord est de documenter l’histoire de Montréal. «Mais on veut aussi être un musée qui représente le Montréal d’aujourd’hui qui est multiculturel, créatif et ouvert sur le monde», précise-t-elle.

Le courant «Camp»

Photo courtoisie

Les œuvres présentées explorent le courant «Camp», une forme d’expression qui est propre à la culture gaie. «C’est un terme qui implique beaucoup de théâtralité, d’humour, de parodie, explique la directrice du musée. C’est un courant qui a été développé par la communauté gaie.»

Parmi les 60 pièces, on trouve des sculptures, des vases et des objets. «Mais ce ne sont pas des objets utilitaires, insiste Suzanne Sauvage. Ce n’est pas de la vaisselle, de la céramique, qu’on met dans sa cuisine. Ce sont des œuvres d’art», dit-elle.

L’exposition, qui se termine le 16 août, coïncidera avec Fierté Montréal 2015.


♦ L’exposition Camp Fires: Le baroque queer de Léopold L. Foulem, Paul Mathieu et Richard Milette est présentée au Musée McCord du 10 avril au 16 août. Pour plus d’information: musee-mccord.qc.ca.

 
 

À lire aussi

Et encore plus