Guillaume Wagner orchestre une agression pour faire la promotion de son nouveau spectacle | Le Sac de chips
/potins

Guillaume Wagner orchestre une agression pour faire la promotion de son nouveau spectacle

Guillaume Wagner aurait-il orchestré une agression pour faire la promotion de son nouveau spectacle intitulé «Trop humain»? En pleine conférence de presse mardi, les représentants des médias ont eu droit à une altercation musclée entre l’humoriste et un inconnu présent durant l’événement. Farce ou réalité?

«Baveux comme je suis, fallait bien que cela m’arrive, a-t-il déclaré le sourire au coin. J’ai déjà eu des accrochages par le passé, mais jamais à ce point-là.»

Visiblement, l’humoriste a voulu faire son 1er avril un peu en avance. Il n’a jamais voulu dire si le coup a été fabriqué de toutes pièces. Même son attaché de presse est resté muet sur la situation. Les deux hommes se sont battus quelques secondes au sol avant que les agents de sécurité ne les séparent, embarquant l’agresseur sous les regards médusés des journalistes présents.

«Je ne vais pas porter plainte, a-t-il continué à plaisanter... ou pas. Il n’avait pas d’arme sur lui et je ne me suis pas trop fait mal en tombant.»

Quand je dis qu'il y a des morons partout... Y'en a même pendant ma conférence de presse: la preuve.

Posted by Guillaume Wagner on Tuesday, March 31, 2015

Réalité ou machination, la bagarre a donné le ton du spectacle de Guillaume Wagner. Le jeune homme de 31 ans veut aller plus loin, gratter là où ça fait mal. «Je prends un malin plaisir à explorer la bêtise humaine, a-t-il ajouté. Mon show est une contre-attaque au discours ambiant. En ce moment au Québec, on n’aime pas les gens érudits ni les ambitieux. On a l’impression qu’ils nous insultent avec leur intelligence.»

Ainsi, l’humoriste compte brasser la cage sur les planches. «On préfère valoriser les gens qui travaillent fort, mais qui ne se posent pas de questions. Moi je dis, travaillons un petit moins fort et posons-nous plus de questions.»

Clin d’œil à un livre de Friedrich Nietzsche, le titre du spectacle est une exploration sur la nature humaine. «On est des bêtes. Alors je ris de nos comportements qui sont très souvent stupides. Il reste que je veux ne pas jouer à l’humoriste-philosophe. Je dis simplement que toutes nos morales sont faites pour être dépassées. C’est le travail des humoristes d’aller plus loin que les consensus.»

Un spectacle d’une heure trente sans entracte où il va tirer à boulets rouges sur les politiciens. «Ils coupent dans les subventions en nous imposant des mesures d’austérité. Quand on voit le maire Tremblay tenir des discours anti-intellectuels ou bien notre premier ministre du Canada se dresser contre le consensus scientifique sur les réchauffements climatiques, cela montre bien l’état de notre société.»

Après «Cinglant» et ses 65 000 billets vendus, «Trop humain», son deuxième spectacle solo, l’humoriste continue dans la même veine avec des numéros originaux. «Je garde ma signature tout en proposant quelque chose de différent. Mes fans ne vont pas être chamboulés, mais je pousse encore plus loin. Bref, je mets la seconde vitesse.»

Signalons que les billets seront tous vendus à tarif unique de 30 dollars, qu’importe le siège ou la rangée. «Je considère qu’un petit peu plus de 30 dollars pour un spectacle d’humour, c’est quand même beaucoup, a précisé Guillaume Wagner. Bon, on va s’avouer la vérité aussi, mon public est composé de jeunes et ils n’ont pas d’argent. Contrairement à d’autres, je n’ai pas un public de Baby-boomers qui ont des pensions.»

«Trop humain» fera sa rentrée montréalaise le 6 et 7 octobre prochain au Théâtre Maisonneuve de la Place des Arts.