La voleuse sexy fâchée après une séance de photos osées | Le Sac de chips
/potins

La voleuse sexy fâchée après une séance de photos osées

La jeune femme de Victoriaville désignée la «criminelle la plus sexy de la planète» est en colère contre le magazine Summum, pour lequel elle s’est prêtée à une séance de photos osées.

Stéphanie Beaudoin, qui a reconnu avoir pénétré dans 39 résidences pour commettre des vols, aurait contacté elle-même la revue en septembre dernier.

Photos d'archives

«Elle voulait savoir si on avait un intérêt envers elle, pour le calendrier Summum 2015. Le calendrier était déjà en marche alors on a eu des discussions pour qu’elle soit covergirl», a expliqué hier la rédactrice en chef de Summum, Nathacha Gilbert.

Pas pour de l’argent

La séance photo a eu lieu au début juin, sans que la jeune femme de 22 ans ne touche aucune rémunération.

«Je l’ai fait pour l’expérience parce que j’ai toujours adoré faire de la photo», a précisé Stéphanie Beaudoin au Journal.

Or, d’après elle, les clichés ne devaient pas être publiés avant qu’elle reçoive sa sentence. Mais la revue sortira bel et bien en kiosque ce vendredi, même si le juge a reporté la peine au 16 octobre.

L’avocat de Stéphanie Beaudoin a envoyé une mise en demeure à Summum tentant d’empêcher la publication, le temps de savoir si sa cliente ira en prison ou non. «On s’était engagé à ne rien publier avant le 23 juin, jour des représentations sur sentence. [...] On n’a rien à se reprocher», souligne Mme Gilbert.

«Ils sont traîtres», laisse tomber la jeune modèle, qui affirme avoir insisté pour que le mot «criminelle» ne soit pas écrit sur la page couverture. «J’ai posé en étant Stéphanie Beaudoin, pas la criminelle la plus sexy», avance-t-elle.

D’après Mme Gilbert, la jeune femme savait très bien que le magazine allait jouer cette carte.«Quand le juge a reporté la sentence, elle a dit: “il ne faut plus que ce soit écrit criminelle”. Mais Stéphanie est connue pour quoi au Québec en ce moment?», fait-elle valoir.

Photos osées

MAGAZINE SUMMUM

Le choix de deux photos «plus osées» qui se retrouvent dans la revue déplaît aussi à la jeune femme.

«Je leur ai dit que je n’acceptais pas ça et ils n’ont rien voulu savoir», note-t-elle.

«Stéphanie était consciente des photos qu’elle faisait. On ne lui a pas tordu un bras», rétorque la rédactrice en chef, ajoutant qu’il est «extrêmement rare» que les modèles voient les photos avant.

MAGAZINE SUMMUM

Stéphanie Beaudoin espère que tout cela ne lui nuira pas auprès du juge.

Mais elle ne compte pas arrêter de faire de la photo pour autant. Elle tourne même une websérie qui sera diffusée prochainement.

 

À lire aussi

Et encore plus