Une juge rejette une poursuite contre Taylor Swift et écrit des passages de ses chansons dans la décision | Le Sac de chips
/homepage

Une juge rejette une poursuite contre Taylor Swift et écrit des passages de ses chansons dans la décision

La poursuite de 42 millions $ intentée par un chanteur R&B contre Taylor Swift pour plagiat a été rejetée par une juge qui a fait preuve d’audace en teintant sa décision de plusieurs citations des chansons les plus populaires de la vedette mondiale, rapportent plusieurs médias.

Rappelons qu’au début du mois, on apprenait que l’artiste Jesse Braham poursuivait la chanteuse pour 42 millions de dollars, l’accusant d’avoir «emprunté» des paroles de sa chanson Haters Gone Hate, écrite en 2013, pour les utiliser dans Shake It Off, un ver d’oreille qui est rapidement devenu un succès international.

Le chanteur plaidait que les paroles de sa chanson «Haters gone hate, playas gone play... Watch out for them fakers, they'll fake you everyday» étaient très similaires à celles du refrain de Shake It Off. «Son refrain est le même que le mien. Si je n'avais pas écrit Haters Gone Hate, il n'y aurait pas de Shake It Off», avait-il affirmé.

Les arguments de Jesse Braham, qui demandait aussi que son nom apparaisse comme coauteur de la chanson et d’obtenir un «selfie» avec la vedette, n’ont de toute évidence pas convaincu la juge Gail Standish.

Cette dernière a rejeté la poursuite avec humour en s’inspirant de plusieurs paroles chantées par Taylor Swift.

Dans les extraits suivants publiés par différents médias (NDLR : les portions en caractère gras), on constate que la juge fait un clin d’œil aux succès We Are Never Ever Getting Back Together, Bad Blood, Blank Space et Shake It Off.

«At present, the Court is not saying that Braham can never, ever, ever get his case back in court. But, for now, we have got problems, and the court is not sure Braham can solve them

«As currently drafted, the Complaint has a blank space - one that requires Braham to do more than write his name. And, upon consideration of the Court’s explanation, Braham may discover that mere pleading BandAids will not fix bullet holes in his case.»

«At least for the moment, Defendants have shaken off this lawsuit.»

En résumé, ces différentes citations, si elles sont traduites en français, laissent entendre que les accusés sont «débarrassés» de cette poursuite, les arguments de Braham ne justifiant pas d’aller plus loin dans cette affaire à ce moment-ci.