Il attire l’attention sur Facebook en fixant son VTT sur le toit de son véhicule | Le Sac de chips
/unbelievable

Il attire l’attention sur Facebook en fixant son VTT sur le toit de son véhicule

Un résident de Jonquière a trouvé une façon bien particulière de déplacer son VTT en le plaçant directement sur le toit de son véhicule. Une scène peu habituelle qui a fait jaser sur les réseaux sociaux.

Le quad a été fixé sur le toit d’une petite Nissan Sentra par un résident de la rue Panet, à Jonquière. L’installation a attiré l’attention d’un passant qui a publié la photo sur la page Facebook «Spotted : Saguenay».

Vu sur la rue Panet à Jonquière.. 󾌢

Posté par Spotted : Saguenay sur lundi 16 novembre 2015

Questionné sur la légalité de la manœuvre, le porte-parole de la Sureté municipale de Saguenay, Bruno Cormier a avoué trouver le tout «particulier». «C’est illogique. Quand tu vois ça, tu te demandes comment quelqu’un a pu y penser», confie le policier.

Amendes prévues

Selon M. Cormier, si le conducteur avait été intercepté par un patrouilleur, deux éléments auraient pu lui valoir une amende. Deux points de l’article 471 prévoient une amende de 350$, en plus des frais, pour un conducteur qui contrevient à l’une ou l’autre des règles suivantes :

  • «Nul ne peut conduire un véhicule dont le chargement «n’est pas solidement retenu [...] de manière à ce qu’aucune partie de celui-ci ne puisse se déplacer ou se détacher du véhicule.»
  • «Nul ne peut conduire un véhicule dont le chargement est placé, retenu ou recouvert de manière à compromettre la stabilité ou la conduite du véhicule.»

Bruno Cormier explique également que le fabricant du véhicule établit des normes de charge maximale sur le toit de la voiture et que des dispositions peuvent être prises si celles-ci ne sont pas respectées.

«Il y a un problème de dangerosité au niveau de la stabilité du véhicule et de la solidification du toit. C’est à risque et définitivement à évaluer si on intercepte un véhicule installé de cette façon», explique le porte-parole de la police de Saguenay.

Les avis des internautes semblaient quant à eux partagés sur la publication qui a été partagée à plus de 70 reprises et commentée par une cinquantaine de personnes.