Une tombola permettant de tuer un lion est organisée pour financer la recherche scientifique | Le Sac de chips
/unbelievable

Une tombola permettant de tuer un lion est organisée pour financer la recherche scientifique

Le prix a de quoi faire sourciller tous les défenseurs des animaux. Un groupe de conservation de la faune du Zimbabwe a fait la promotion d’un concours donnant la chance au gagnant... de tuer un lion.

Dans la note publiée sur son site Web, le Bubye Valley Conservancy affirmait que le concours Gagner un lion! a été organisé pour financer la recherche scientifique... à propos des lions.

On y apprenait que 100 billets sont en vente au coût de 1500 $US chacun, selon un article publié par SkyNews. Le gagnant a ainsi droit à un safari de 18 jours, lui permettant de repartir avec le trophée du lion.

Si le gagnant choisit de laisser l’animal en vie, il le pouvait. À la place, il peut se faire photographier avec celui-ci. Le lion épargné doit ensuite être muni d’un traceur à des fins de recherche scientifique et retiré des quotas de chasse.

Après que cette nouvelle ait fait le tour du monde dimanche, toute promotion de ce concours n’apparaissait plus sur le site du Bubye Valley Conservancy, lundi. À la place, on retrouve une note sur la page d’accueil précisant que cette tombola est l’initiative personnelle d’un chasseur professionnel, Martin Nel, qui a passé sa vie à œuvrer pour la conservation de la faune.

On y précise aussi que l’Université d’Oxford, avec qui l’organisme travaille sur des projets de recherche, et les directeurs du Buye Valley Conservancy ne sont en rien liés à ce concours.

Toutefois, il est toujours possible d’acheter des billets pour cette tombola sur le site Web de Martin Nel.

Le gagnant sera connu le mois prochain, lors du Safari Club International Convention qui se tiendra à Las Vegas.

Rappelons que cette initiative survient quelques mois à peine après la mort de Cecil le lion, tué par un dentiste américain. Cet événement tragique ait soulevé l’ire de  l’opinion publique. Le chasseur avait payé 50 000 $US pour pouvoir abattre la vedette du plus grand parc zimbabwéen.

Photo d'archives, REUTERS

 

À lire aussi

Et encore plus