La science des cœurs brisés | Le Sac de chips
/unbelievable

La science des cœurs brisés

Les effets psychologiques d’une peine d’amour peuvent être dévastateurs. Mais saviez-vous qu’une rupture peut aussi avoir un impact important au niveau physiologique ?

Grâce à cette courte vidéo partagée par IFLscience.com à l’occasion de la Saint-Valentin, l’expression «avoir le cœur brisé» prend tout son sens!

The science of heartbreak.

Posted by I fucking love science on Sunday, February 14, 2016

 

Voici comment une peine d’amour peut vous affecter :

  • La perte d’un être cher ou d’un amoureux est souvent liée à un taux plus élevé de dépression. Ses effets peuvent être ressentis pendant des mois, voire même des années.
  • Une étude a démontré que le fait de regarder une photographie d’un ancien amoureux après une rupture activait des zones du cerveau associées à la douleur et à l’utilisation de drogues comme la cocaïne. Une peine d’amour peut donc avoir un effet similaire à la douleur physique ou au sevrage de drogues.
  • L’amour libère des composés chimiques comme la dopamine et l’ocytocine, deux hormones associées au plaisir et au bonheur. Après une rupture, leurs niveaux baisse rapidement, alors que le niveau de cortisol, «l’hormone du stress», monte rapidement.
  • Des niveaux élevés de cortisol peuvent entraîner de l’anxiété, des nausées, une prise de poids soudaine et/ou des maux de tête.
  • Ce ne sont toutefois pas les seuls symptômes physiques liés à une rupture : un important stress émotionnel peut provoquer un syndrome appelé tako-tsubo, ou «syndrome des cœurs brisés». Le corps produit alors des hormones qui affectent les fonctions cardiaques, entrainant des douleurs à la poitrine et des symptômes pouvant ressembler à un infarctus.
  • Une étude a également démontré que les gens pleurant la perte d’un être aimé sont beaucoup plus susceptibles de souffrir d’une crise cardiaque dans les trente jours suivant le décès.
  • L’amour agirait donc comme une drogue et une peine d’amour serait l’équivalent d’un sevrage.

À lire aussi

Et encore plus