Jeb Bush se tire dans le pied sur Twitter | Le Sac de chips
/potins

Jeb Bush se tire dans le pied sur Twitter

Rien ne va plus pour l’ex-gouverneur de la Floride, qui fait feu de tout bois pour retrouver l’appui des électeurs.

Pauvre Jeb! Après des résultats désastreux aux primaires d’Iowa et du New Hampshire, il semble prêt à tout pour séduire les délégués de la Caroline du Sud, où aura lieu le prochain caucus, ce samedi.

Lundi soir, il est même allé jusqu’à appeler en renfort son frère, George W. Bush. Un pari plutôt risqué malgré la popularité du clan Bush dans l’état du Sud, vu l’avis partagé des américains sur l’ex-président.

 

 

Un tweet qui tire à côté de la cible

En visite mardi chez un fabriquant d’armes de la ville de Columbia, Jeb Bush en a profité pour titiller la fibre patriotique de ses abonnés en partageant le mot «America.» accompagné d’une photo d’un pistolet de modèle FNX 45 portant l’inscription «Gov. Jeb Bush» sur son compte Twitter officiel.

Si plusieurs ont semblé approuver – plus de 11000 «j’aime» et 13000 retweets –, beaucoup ont plutôt exprimé un profond désaccord, rappelant le lourd bilan des États-Unis au niveau des décès dus aux armes à feu :

L’ex-informaticien de la NSA et activiste Edward Snowden a pour sa part intimé le candidat de supprimer son compte.

D’autres ont plutôt choisi de répondre par l’humour et le sarcasme, ridiculisant l’utilisation douteuse d’une arme à feu comme symbole de l’Amérique:

L’acteur et auteur américain Patton Oswalt, quant à lui, suggère qu’une arme n’est pas la solution aux problèmes de Bush, et invite ce dernier à le contacter: «NE FAIS PAS ÇA, JEB ! Le vent peut tourner en Caroline du Sud. Écris-moi en DM, mon pote. Je suis déjà passé par là.», dit-il.

 

Vous vous êtes TRUMPés d’adresse

L’automne dernier, Jeb Bush avait également été ridiculisé lorsque des internautes avaient découvert que le nom de domaine jebbush.com renvoyait (et renvoie toujours) au site officiel de Donald Trump. Ce dernier avait toutefois nié toute responsabilité dans l’affaire.

À lire aussi

Et encore plus