Un mystérieux message retrouvé sur les berges | Le Sac de chips
/homepage

Un mystérieux message retrouvé sur les berges

L’ISLE-VERTE – Deux résidents du Bas-Saint-Laurent souhaitent retrouver l’auteur d’un message logé dans une bouteille et retrouvé sur les berges du fleuve cette fin de semaine.

Danielle Samson et Paul Pelletier prenaient des photos et nettoyaient les berges du fleuve, dans le secteur de Pointe-à-la-Loupe à L’Isle-Verte, lorsqu’ils ont mis la main sur une vieille bouteille de vin.

«En ramassant la bouteille, j’ai remarqué qu’il y avait un message à l’intérieur», d’indiquer Paul Pelletier, de l’Atelier Vilbrekin à Notre-Dame-du-Portage. Après avoir cassé le récipient, ce dernier a récolté une feuille humide, mais relativement bien conservée, lui permettant de lire ce qui ressemble à un poème ou les paroles d’une chanson.

Une chanson?

Truffé de plusieurs fautes d’orthographe, le message fait référence au temps des fêtes.

«J’ai tout de suite pensé aux paroles d’une chanson, car c’est raturé en certains endroits et la personne y a inscrit un ordre de paragraphes», d’ajouter Danielle Samson, également une artiste du Bas-Saint-Laurent bien connue sous le nom de madame Wezo.

Aucune date, provenance ou signature ne permet de relier leur trouvaille à l’auteur du message. Impossible de savoir pourquoi cette personne a choisi de jeter son brouillon à la mer. C’est pourquoi monsieur Pelletier a diffusé des photos de sa découverte sur Facebook, souhaitant surtout que la personne sache que son envoi a été découvert dans le Bas-Saint-Laurent.

«Même si ce n’est pas signé, peut-être la personne souhaite-t-elle savoir jusqu’où sa bouteille s’est rendue. En y accrochant un ruban bleu, l’expéditeur ou l’expéditrice souhaitait sûrement qu’on retrouve la bouteille.»

Le message (non corrigé)

Photo Facebook

«Deja l’temps des fêtes, les sapins sont décorer, «pi» sa m’travaille dans tête, toute ces souvenir évaporer.

Mon sourire, veux pourrir, j’apprend à souffrir, j’sèsent pas d’courrir, j’veux vivre avant d’mourrir.

Tu veux savoir mon histoire, elle s’cachent dans l’fond d’mon tirroir. S’que j’ai pu voire, s’que j’ai pu croire, des moment ou stai plus noire»