Ces tatouages connectés peuvent contrôler votre téléphone intelligent | Le Sac de chips
/unbelievable

Ces tatouages connectés peuvent contrôler votre téléphone intelligent

Des chercheurs du MIT Media Lab et de Microsoft ont mis au point un nouveau type de tatouages métalliques temporaires permettant de contrôler des appareils connectés.

Baptisée DuoSkin, cette nouvelle technologie s’inspire des tatouages métalliques temporaires en vogue en ce moment et combine esthétique et fonctionnalité.

Conçus avec de la feuille d’or, un matériau utilisé principalement pour recouvrir des cadres ou encore en confiserie et en gastronomie, ces tatouages aux motifs élaborés peuvent accomplir plusieurs fonctions, comme contrôler votre musique d’un léger mouvement de doigt ou communiquer avec d’autres appareils connectés à l’aide d’une puce NFC intégrée, par exemple.

D'autres prototypes intègrent de minuscules lumières DEL ou encore des pigments thermochromiques qui changent de couleur et d’intensité en fonction de la température du corps.

«Ils ne sont pas simplement sophistiqués d’un point de vue technique; ils deviennent une extension de vous-mêmes», explique Cindy Hsin-Liu Kao, artiste et chercheure MIT Media Lab.

 

Une technologie accessible

Contrairement à d’autres accessoires connectés, la technologie derrière DuoSkin est très abordable. Il suffit simplement de tracer le motif dans un logiciel de traitement d’image, de le découper dans une feuille d’or à l’aide d’une découpeuse à vinyle et de l’appliquer sur la peau à l’aide d’un papier à tatouage temporaire.

«Dans le futur, lorsque vous entrez dans un salon de tatouage, vous pourrez en ressortir avec un tatouages comme celui-ci», croit Cindy Hsin-Liu Kao.

 

Des «peaux electronique»

D’autres technologies semblables existent aussi ailleurs. Par exemple, la «peau électronique» (ou e-skin) développée par l’Université de Tokyo, qui pourrait avoir de formidables applications en médecine et dans le sport de compétition.

À l’aide de diodes électroluminescentes organiques fixées sur une mince pellicule ultraflexible, l’épiderme devient un écran pouvant afficher en temps réel des données biométriques comme le taux d’oxygène dans le sang ou la température corporelle, permettant donc un suivi plus efficace des patients.

Éventuellement, ces pellicules pourraient s’alimenter à même l’énergie kinétique produite par les mouvements du corps, éliminant le besoin de piles ou de câbles encombrants.

À lire aussi

Et encore plus