Des gens ont acheté du cannabis en vente libre à Montréal | Le Sac de chips
/homepage

Des gens ont acheté du cannabis en vente libre à Montréal

Depuis jeudi matin, des gens achètent du cannabis en vente libre à Montréal.

Il n'y avait pas foule, mais quelques personnes attendaient devant la succursale de Cannabis culture de la rue Amherst, dans le Centre-Sud. L'incertitude planait à savoir si le magasin ouvrirait ses portes comme prévu à 10 h.

Photo Mathieu Duquette

Quelques minutes après 10 h, deux commis sont venus déverrouiller la porte pour faire entrer les premiers clients de ce magasin qui vend librement – bien que ce soit toujours illégal – du cannabis.

Photo Mathieu Duquette

Des hommes, des femmes, jeunes et vieux se sont mis en file devant un petit bureau placé au fond du local de Cannabis culture qui fait à peine une demi-douzaine de mètres sur cinq. Dans le local se trouvent uniquement un bureau, deux chaises, deux causeuses et une table à café.

Le commis derrière son ordinateur prend la commande du premier client, Julian, 33 ans. Il suffit d'une pièce d'identité pour prouver vos 19 ans et vous pouvez passer votre commande. Ce sera 10 grammes et demi pour Julian ce matin.

Une fois cette première étape complétée, Julian emprunte une porte donnant accès à la pièce du fond du commerce. C'est à cet endroit qu'un deuxième commis lui remettra son cannabis. Une balance branchée sur une tablette dans laquelle la commande de Julian est enregistrée permet au commis de lui remettre la quantité exacte de cannabis qu'il a achetée.

En tout, il aura fallu environ 30 minutes à Julian pour terminer son achat, de A à Z. Cachotier, il a refusé de nous montrer son cannabis. Il a fallu se contenter de sa facture.

«Côté qualité et fonctionnement, c'est de ça que Montréal avait besoin», a confié Julian.

8 boutiques

Huit boutiques Cannabis culture devaient ouvrir aujourd'hui à Montréal. Dans les prochaines semaines, ce nombre grimpera à 10 commerces, a confirmé Jodie Emery, copropriétaire de la marque Cannabis Culture, dans Le Journal, jeudi. Cannabis Culture a pour l'instant pignon sur rue dans les secteurs d’Hochelaga, de Ville-Marie, du Plateau-Mont-Royal, de Rosemont, de Villeray et de Côte-des-Neiges–Notre-Dame-de-Grâce.

«Briser la loi pour changer la loi est une tactique que nous utilisons depuis plus de 20 ans et que nous continuons d’utiliser tous les jours parce que les activistes de marijuana sont encore illégaux au Canada», dit Mme Emery, qui milite pour la cause depuis longtemps avec son mari Marc Emery.

Le groupe de travail fédéral sur la légalisation du cannabis a déposé plus tôt cette semaine 80 recommandations pour inspirer la loi du gouvernement Trudeau attendue au printemps. Mercredi, une étude réalisée par Lighthouse Consulting rapportait notamment que les fumeurs de cannabis du pays dépenseraient environ 100 $ par semaine pour leur consommation.

Le Service de police de Montréal (SPVM) n’a pas souhaité accorder d’entrevue mercredi sur le sujet ou indiquer ses intentions face à l’ouverture de ces entreprises. L’organisation a cependant fait savoir que de façon générale, elle pourrait être appelée à intervenir relativement à un dispensaire s’il y avait non-respect des lois.

Jeudi, en fin d'avant-midi, le maire Denis Coderre s'est tourné vers Twitter pour commenter la situation. 

- Avec la collaboration d'Émy-Jane Déry.