8 astuces pour survivre au restaurant avec des enfants | Le Sac de chips
/homepage

8 astuces pour survivre au restaurant avec des enfants

Salut,

S’il y a une chose qui fait l'unanimité dans la vie, c’est bien le bonheur d’aller au restaurant. C’est une caresse à la paresse, un réconfort après l'effort. Par contre, avouons-le nous, aller au restaurant avec des enfants c’est comme faire de la trottinette dans de la garnotte; c’est possible, mais ce n’est pas nécessairement agréable. Je vous livre donc mes petits trucs et astuces pour aller au restaurant avec votre marmaille sans virer fou ou déguerpir avant l'arrivée de la serveuse.

1. Soyez plus d'adultes que d'enfants

Il faut absolument être plus d’adultes que d’enfants. La supériorité numérique va assurément jouer en votre faveur si la chicane pogne. Je vous recommande fortement le ratio un pour un. Le calcul est plutôt simple: pour chaque enfant supplémentaire, le risque augmente de 50%. Donc si vous avez deux enfants, il y a 100% des chances que ça finisse en chicane. Par contre, le nombre d’adultes diminue ce risque de 10%. Donc si vous êtes trois adultes et un enfant, il n’y a que 20% de chance d’avoir une chicane. En contrepartie, si vous êtes trois enfants et deux adultes, vous tombez à 120% de risque. C’est inévitable, il va y avoir une chicane.

2. La durée de votre repas; votre temps est compté.

Si vous aimez les repas trois services, investissez dans une gardienne à 12$ de l’heure. Les enfants ont une capacité limitée dans le temps passé à table. Viser en dessous de 25 minutes est votre meilleure option. Cela doit inclure l’arrivée, le choix des places (trrrrrrrrès important pour les enfants), la consultation du menu, la prise de décision de ce que vous allez manger et le paiement de la facture. Si vous dépassez le 25 minutes recommandé, chaque 5 minutes augmente le risque de chicane de 20%. C’est un pensez-y-bien. Par contre, si vous êtes un génie, vous aurez pensé à apporter des appareils technologiques susceptibles de vous permettre d’avoir une conversation d’adultes palpitante. Prenez soin d’apporter des écouteurs par contre, les bruits des jeux incitent à la violence.

3. La gestion de crise

Les enfants sont parfois contrariés par des milliards de petits facteurs. On le sait, leur vie n’est pas facile. Ça peut aller de l’inconfort d’une chaise au choix limité de couleurs de crayons de cire en passant par le prénom loufoque du serveur, notamment Loup-K ou Karoll-Lynn. Il faut savoir gérer de telles situations en public et le restaurant est le lieu tout indiqué pour apprendre. On ne peut pas simplement partir, il faut gérer. Je vous recommande l’exclusion. Allez avec l’enfant à la salle de bain. Comme personne ne veut vous entendre gérer votre crise, la salle des odeurs est parfaite. Faites comprendre à votre enfant que, comme la fois d’avant, vous n’irez plus jamais au restaurant. Ça devrait calmer ses ardeurs jusqu’à la fin du repas. De grâce, ne lui faites pas de réprimandes devant tout le monde. C’est vous qui passerez pour la méchante personne, surtout si votre enfant est mignon. Par contre si votre enfant est laid, allez-y fort, le reste des clients sera derrière vous.

4. Savoir choisir son restaurant

Soyons clairs, le restaurant déjeuner sera toujours votre allié. C’est moins sexy que d’aller souper, mais vous avez choisi la vie de famille; assumez! Si vous défiez le sens logique en voulant absolument vivre l’enfer en soupant en société, faites au moins un choix éclairé. Les restaurants avec une petite salle de jeu pour les enfants ne sont pas forcément votre meilleure option. Vous devrez sans cesse vous lever pour gérer les chicanes à distance, parfois même avec des inconnus. On s’éloigne dangereusement du plan initial ici. Aussi, prenez un restaurant dans lequel vos enfants sauront reconnaître des éléments du menu. Le boudin noir ou la pieuvre grillée ne font pas encore partie du vocabulaire alimentaire de vos chérubins. Pour eux, ce sont encore des amusants personnages de leur série télé débile du matin. Pour chaque repas spécial, vous risquez la crise. Dans un tel cas, référez-vous au paragraphe précédent.

5. Invitez votre ami agressif

L’ajout d’un convive peut calmer vos enfants. Idéalement un inconnu ou un ami agressif. Comme la peur est un calmant naturel, vos petits amours auront un peu la chienne et se garderont une petite gêne à table. Ça rajoute des frais, mais ça vaut vraiment la peine.

6. Les bébés, les moins bons clients du monde.

Les bébés ne garderont aucun souvenir de leur passage au restaurant. Inutile de préciser que d’aller au restaurant avec des bébés c’est l’équivalent de déménager avec une Smart; mauvais plan sur toute la ligne. Régurgit garanti.

7. Les menus pour enfants, un choix judicieux.

C’est servi dans une gogosse jetable, il y a souvent un jouet inutile ou un coloriage inclus et c’est pas trop cher. TADAM! En plus, vos enfants rapporteront de très jolis dessins que vous pourrez mettre au recyclage dès votre retour à la maison. Certains restaurants offrent même le recyclage sur place.

8. Donnez un bon pourboire

Votre visite au restaurant en famille va devenir une anecdote de serveurs. Donc, pour effacer un peu de leur mémoire les souvenirs âpres de votre passage, donnez-leur au moins un bon pourboire. 5% par enfant. Pensez aussi que c’est cette personne qui va ramasser les sachets de sucre ouverts et mouillés par «l’expérience de gibelotte» de vos enfants. On a tous déjà mélangé tout ce qui est accessible sur la table pour faire le coquetel le moins joli du monde.

Conclusion

En gros, je vous recommande de ne pas aller au restaurant avec vos enfants. La livraison est un pas fabuleux dans l’histoire de la restauration et est gratuite la plupart du temps. Passez d'abord vos restants de la semaine dans un drôle de repas pour enfant avec un nom farfelu comme les touskis, les medleys-bouffe-wow ou les miam-miam-bouffe-tout de ce monde puis, après avoir couché vos perles, commandez le repas de votre choix. La tranquillité d’esprit va vous fesser dans face. Bon appétit!