[VIDÉO] Elle répond sur Facebook à son intimidateur | Le Sac de chips
/potins

[VIDÉO] Elle répond sur Facebook à son intimidateur

PALMAROLLE | Une adolescente de l’Abitibi a lancé un message touchant sur Facebook après qu’un individu lui eut dit d’aller se suicider sur les réseaux sociaux. La vidéo est rapidement devenue virale.

Océane Lavoie, 14 ans, rapporte qu’un individu «anonyme» lui a dit sur les réseaux sociaux: «Heille la grosse, va te suicider.»

L’adolescente de Palmarolle en Abitibi répond à cet internaute ce qui aurait pu arriver si elle s’était laissée abattre par la cyberintimidation.

«Tu trouves ça drôle toi de persécuter le monde comme ça et de les pousser à bout? Une chance que je suis assez forte et que j’ai des belles valeurs. Mais imagine ce qui serait arrivé si je m’étais laissée abattre par ça», raconte-t-elle.

Réactions et funérailles

Elle poursuit en racontant comment elle se serait suicidée et comment son frère aurait cogné à sa porte, sans réponse. Il serait remonté dans la cuisine, aurait débarré sa porte avec un couteau à beurre et l’aurait trouvée par terre, «morte».

Elle décrit ensuite dans le détail la réaction de sa mère et ses funérailles.

La mère d’Océane Lavoie, Julie Chabot, affirme que sa fille avait changé depuis quelques semaines après avoir reçu ce message d’intimidation.

«Je savais que quelque chose n’allait pas. Quand j’ai vu la vidéo, j’ai été très touchée et très fière de ma fille. Le suicide, il faut en parler et on espère que sa vidéo fera en sorte que d’autres en parleront», a-t-elle dit.

Océane Lavoie dit n’avoir jamais vraiment eu d’idées suicidaires, mais que certaines de ses amies en ont déjà eues. La cyberintimidation et le suicide chez les jeunes sont un fléau qu’elle veut combattre.

La Sûreté du Québec a contacté la jeune fille pour lui demander si elle voulait porter plainte, mais elle a refusé, pour éviter que l’intimidateur se fasse intimider à son tour.

Jasmin Roy l’a également contactée pour l’inviter à faire une conférence sur l’intimidation à La Sarre le 15 février.