11 raisons d’aimer les pénis | Le Sac de chips
/potins

11 raisons d’aimer les pénis

Après avoir parlé de pornographie éthique toute la journée et essayé de deviner la forme du sexe de Michael Phoenix dans un caleçon blanc, j’ai demandé à mes amis Facebook ce qu’ils aimaient des pénis. J’ai précisé de ne pas me parler de grosseur – cette obsession malsaine - parce que dès qu’il est question de pénis, tout le monde l’évoque en terme de petit ou gros. Si quelqu’un se retrouve avec un pénis dont la taille ne lui plait pas, les jouets sexuels existent, rappelait, à juste titre, une Julie-Elisabeth sur ma page Facebook.

Pour le reste, il y a plusieurs raisons d’aimer les pénis :

1. Leur circoncison et leur non circoncision

Anita : « J’aime leur donner des noms et jouer avec la petite peau. J’ai des tendances obsessives compulsives et remonter le prépuce du pénis de mon amoureux est mon activité préférée. »

Émilie : « Les pénis circoncis qui durcissent, c’est mon dada. »

2. Leur propreté

Hélias : « J’aime du mien qu’il soit propre et ne souffre d’aucune maladie. »

3. Leur couleur

Marguerite : « J’aime quand ils sont roses vifs, mais préférablement sans piles. Bonus s'il y a une Marina, Jessica ou Isabella à l'autre bout! »

Karell : « La diversité dans les couleurs. »

4. Leur odeur

Caroline : « Je dois avouer que je trippe sur les odeurs sexuelles. Un pénis propre ou qui est encore imbibé de nos différents fluides, c'est turn on. »

5. Le plaisir qu’ils donnent

Kadija : « J'aime les pénis accrochés à des hommes qui ne s'en servent pas juste égoistement, qui explorent, qui pensent au plaisir de leur partenaire. J'aime aussi le pénis de mon amoureux: j'étais loin d'être sûre, la première fois que je l'ai vu. Il était large, un peu croche et... recourbé à l'envers. Finalement, on dirait qu'il a été fait sur mesure pour moi. J'ai pas de mots pour décrire comment après ça, les autres pénis sont ennuyants. »

Stéphanie : « Un homme, quand il sait utiliser son sexe, c'est génial. (Son opposé étant une drill.) »

Coralie : « Le sentir en main, en bouche, en soi. Le "gasp" que ça donne quand il s'introduit. »

6. Leur manque de discrétion

Agathe : « Leurs soubresauts d'excitation, tu sais quand ils bougent de haut en bas, en fonction du plaisir. »

Kadija : « J’aime les pénis parce qu'ils ne savent pas être discrets sur leur excitation, et je trouve ça très drôle, et excitant, quand ils trahissent leurs propriétaires. »

Rose : « J'aime quand il est vaillant (l'érection de chéri, c'est toujours un peu comme un bonjour, non?!). La générosité d'un pénis, quand il bande pour toi, c'est une déclaration d'amour à ton pouvoir érotique, et c'est aussi une déclaration de guerre à tes complexes. Fuck les vergetures, darling, Pénis s'en fout. »

7. Leur douceur

Annie-Claude « Cette partie peut être si ferme, mais avec la peau si douce. J’aime voir un pénis dur et enduit d’huile de coco, pour qu’il brille. »

Gabrielle : « La douceur de la peau. Parfait comme amuse-gueule. »

Rose : « Je les aime parce que leur peau est douce, plus douce que n'importe où ailleurs, y compris toute la peau de toute les filles. »

 

8. Leur unicité

Alaknanda : « Un gland plus gros que la verge, une belle veine d'excitation qui ressort. »

Belinda : « Les veines uniques (j'en ai connue une qui faisait une spirale!), la petite zone entre le jadis prépuce et le gland pour les circoncis, le prépuce pour les non circoncis, mais en toute honnêteté, la jauge. »

Coralie : « Les poils follets qui lui donnent du style. »

9. Leurs surprises

Karell : « Les secrets : tu sais jamais à quoi le pénis va ressembler une fois dur. »

Coralie : « Leur imprévisibilité, leur fermeté, le fait de pouvoir en tirer toutes sortes d'onomatopées, de grognements, de jurons, de mots d'amour. »

Claude : « Bande, débande. Bande, débande. Bande, éjacule, débande. C'est comme un show de magie! »

10. L’inspiration qu’ils provoquent, en vers ou en jeux

Léa : « Jouer avec de manière très naïve. Comme lorsqu’il est bandé, je peux y presser un doigt pour le faire bouger. »

Belinda : « J’aime jouer à le faire rebondir sur le nombril le matin. »

Aurélie : « Ça peut servir de laisse. Quand on le chope fermement, son propriétaire nous suit partout en obéissant au doigt et à l'œil. Pratique quand on est dominatrice. »

Grégory : « Ce que j'aime des pénis, c'est qu'ils peuvent être source d'inspiration poétique. Au musée phallologique de Reykjavik/Fanfaronnant avec Fifi en ce lieu chic/À l’ombre de l’Eyjafjallajökull/Et puis dans votre chambre d’hôtel féerique/Les yeux dans les yeux, soirée orgasmique/Fichtre ! Éruption ! Et tout fut fini... »

11. Leur caractère fascinant

Caleb : « Ce que j'apprécie, c'est toute l'histoire naturelle et biologique derrière sa forme. Le gland aurait évolué vers cette forme spécifiquement pour retirer le sperme d'un potentiel mâle rival qui aurait laissé sa semence dans le vagin de cette femelle préalablement. En seulement un coup, vous pouvez retirer jusqu'à 90% du sperme qui s'y trouvait au préalable. »

Arthur : « Faire pipi debout, c’est génial. »

Brigitte : « Savoir que 25% du système vasculaire chez les hommes est impliqué dans l'érection est impressionnant. Le seul fait que l'érection fonctionne en connaissant toute la complexité physiologique que ça implique relève de la magie. »

À lire aussi

Et encore plus