Montréal avant l’international | Le Sac de chips
/harddrive

Montréal avant l’international

Ils sont attendus en France, au Royaume-Uni et aux États-Unis dans les prochains mois. Mais c’est ici, à Montréal, que la compagnie québécoise Le Patin libre présentera cette semaine la première mondiale de leur toute nouvelle création, Threshold.

« Ça fait quatre ans qu’on travaille sur ce spectacle-là. On tenait à le présenter pour la première fois ici, chez nous, devant notre public », confie le patineur, fondateur et directeur artistique de la compagnie Le Patin libre.

Créée en 2005, cette compagnie puise autant dans l’univers de la danse contemporaine que celui du patinage artistique pour créer une nouvelle discipline peu connue ici, mais qui commence à gagner du terrain à l’international. L’union des deux mondes distincts permet de créer des mouvements uniques, dont la glisse, où les artistes traversent la patinoire à toute vitesse alors que leur corps, lui, reste parfaitement immobile.

« On peut essayer de faire des acrobaties, mais on ne serait jamais aussi bons que les artistes de cirque. On peut aussi essayer de faire de la danse, mais, même si on est très bons, les danseurs de ballet et [les danseurs] contemporains sont bien meilleurs que nous. Par contre, nous, on peut se planter sur nos deux pieds et continuer d’avancer à 40 ou 50 kilomètres à l’heure. Et ça, il n’y a que nous qui sommes capables de le faire », explique Alexandre Hamel.

C’est ainsi que cette glisse est devenue le point d’ancrage de leurs chorégraphies. Au fil de leurs œuvres, nommément Vertical Influences et Glide, leur art s’est peaufiné, précisé. Aujourd’hui, ils poussent encore plus loin leur « patinage contemporain » avec Threshold, nouveau spectacle qu’ils s’apprêtent à dévoiler cette semaine à l’aréna Saint-Louis, dans le quartier Mile-End, transformé en théâtre éphémère pour la durée des représentations.

Alexandre Hamel le reconnaît : le choix de cet établissement peut faire sourciller certains puristes de danse contemporaine. Et c’est voulu.

« Plusieurs spectateurs sont habitués d’assister à des manifestations artistiques dans des lieux plus huppés, mais j’aime l’idée de les emmener dans des endroits différents. Ça me permet de démontrer que l’art peut exister en dehors des théâtres prestigieux. Après tout, l’art peut vivre n’importe où », explique-t-il.

Des « caprices » importants

Pour s’exécuter, la troupe Le Patin libre a toutefois besoin de conditions scéniques bien précises. La plus importante ? Elle doit disposer d’une surface glacée dont les dimensions sont conformes aux standards de la LNH. Autrement dit, la patinoire doit être « presque le triple de la superficie de la scène de la salle Wilfrid-Pelletier », illustre Alexandre Hamel.

Et pas question d’être plus flexible pour pouvoir présenter leur Threshold dans des salles moins volumineuses. « On est très capricieux. Mais on a besoin de tout cet espace », avance Alexandre Hamel.

« Si on diminue la taille de la patinoire, on diminue la surface, donc la vitesse et l’impact sont beaucoup moins importants et impressionnants. Oui, on a perdu certaines opportunités en étant aussi capricieux. Mais c’est important pour nous de toujours garder le même niveau de qualité », poursuit-il.


Le spectacle Threshold sera présenté du 11 au 22 avril à l’aréna Saint-Louis.

À lire aussi

Et encore plus