Donner au suivant | Le Sac de chips
/harddrive

Donner au suivant

Habitées par le même désir de redonner à leur ancienne école secondaire, Joseph-François-Perreault, Laurence Lafond-Beaulne (Milk’n’Bone) et Frannie Holder (Dear Criminals) organisent un spectacle-bénéfice pour financer la construction d’une salle de concert destinée à ses élèves.

L’événement, qui aura lieu à la Maison symphonique vendredi soir, mettra en vedette les élèves membres de son orchestre symphonique et de son chœur (ils seront près de 200), ainsi que plusieurs personnalités ayant fréquenté l’école.

Le public pourra y voir à l’œuvre les groupes Milk’n’Bone et Dear Criminals, mais aussi Cécile Muhire, Marco Calliari et Martine St-Clair. Ariane Moffatt et Pierre Lapointe, dont plusieurs collaborateurs sont passés par JFP, seront de la partie.

« Ce sera une soirée mémorable, a indiqué Laurence Lafond-Beaulne en entrevue. Les gens qui sont passés par l’école ont un sentiment d’appartenance particulièrement fort à JFP [...] Ce sera une soirée de grande qualité musicale, de talent, d’émotions, mais surtout, de beaucoup d’amour. »

Unique

Située dans le quartier Saint-Michel, l’école JFP est le seul établissement à offrir un programme art-études en musique classique au sein de la Commission scolaire de Montréal.

Depuis plus de 30 ans, sa direction réclame la construction d’une salle de concert dans laquelle ses différents ensembles pourraient se produire et évoluer. La scène de l’auditorium actuel, trop petite, ne permettrait pas d’accueillir tous les membres d’un orchestre.

« Quand nous répétions, tous ensemble, nous étions dans un local avec des néons, a raconté Frannie Holder, qui a obtenu son diplôme à JFP en 2003. Les plafonds étaient vraiment bas. Ce n’était pas comme se produire dans une salle où l’acoustique a été pensée pour un orchestre. »

Projet d’envergure

Cette nouvelle salle de 650 places – destinée aux 800 élèves du programme art-études, mais ouverte aux professionnels –, le directeur musical de JFP, Éric Levasseur, en rêve depuis des années.

« Dans un sport-études hockey, il y a une patinoire, on ne se pose même pas la question, parce que c’est là-dessus que les joueurs de hockey jouent, a-t-il souligné. Nous, notre élément de travail, c’est l’acoustique. L’instrument doit pouvoir résonner et vibrer dans une acoustique convenable si nous voulons faire un travail convenable. C’est ce que nous n’avons pas. »

La plus récente version du projet, qui comprend également la construction de sept cubicules et deux grandes salles d’enseignement, a été déposée au ministère de l’Éducation en septembre 2017. Son coût est évalué à 29 millions de dollars.


La somme récoltée vendredi soir sera remise à la Fondation Joseph-François-Perreault, qui s’engage à la réinvestir dans l’agrandissement de l’école. Plus d’informations à l’adresse placedesarts.com.