Hubert Lenoir, nouvelle victime des «policiers du web» | Le Sac de chips
/harddrive

Hubert Lenoir, nouvelle victime des «policiers du web»

Les policiers web de la bienséance et du bon goût ont encore frappé. Après Safia Nolin, c’est au tour du jeune Hubert Lenoir de subir leur courroux.

Son crime : une prestation à La Voix, à heure de grande écoute, durant laquelle ce jeune artiste (ultra) talentueux de Québec, au look androgyne, affirmé s’est laissé aller à quelques excentricités : léchage de saxophone, gestuelle suggestive et, pour terminer, un gros plan sur un fleurdelisé tatoué sur sa fesse.

Comme prévu, plusieurs téléspectateurs n’ont pas, mais alors là pas du tout, apprécié. On l’a taxé de manquer de classe, d’avoir l’air ridicule et j’en passe.

Le déluge de commentaires, parmi lesquels on en trouvait quand même de nombreux sympathiques à sa cause, était impressionnant. Pas de doute, Hubert Lenoir n’a laissé personne indifférent.

Sauf qu’à l’évidence, Hubert Lenoir dérange. En particulier le public de La Voix, plus porté à apprécier des artistes avec de belles voix et de belles histoires tristes. En passant, chapeau aux producteurs de l’émission d’avoir osé l’inviter en sachant qu’il ne ferait pas l’unanimité.

Il n’y avait pourtant rien de bien choquant dans sa performance. D’autant plus que le jeune homme, aussi rafraîchissant soit-il, n’invente rien. Souvenons-nous de David Bowie. De Freddie Mercury. De Boy George. De Prince. Lenoir est loin d’être le premier à jouer la carte de l’ambiguïté sexuelle et à se caresser les parties intimes sur une scène. C’est presque aussi vieux que le show-business.

Ignore-les, Hubert

Si je peux me permettre, j’espère que Hubert, que j’ai découvert sous son véritable patronyme Chiasson au sein du groupe rétropop The Seasons, fera la sourde oreille à ses détracteurs et poussera même l’outrance à un autre niveau. J’en veux des artistes qui bousculent et mettent de la couleur, un peu comme le font aussi Klo Pelgag, Philippe Brach et Pierre Lapointe.

Pour l’instant, Lenoir ne semble pas intimidé. À un confrère qui mentionnait sur Twitter craindre un déluge de commentaires peu sympathiques, le jeune homme a répondu avec aplomb : «Crains pas, j’ai juste peur des accalmies.»

Du reste, parce qu’on parle de musique après tout, je ne saurais trop vous suggérer de prêter l’oreille à son premier album Darlène, dont vous avez entendu l’excellent premier extrait Fille de personne II, dimanche soir.

Ça prend des couilles, à 23 ans, pour enregistrer avec les moyens du bord un opéra rock, un genre en désuétude, et accoucher d’une œuvre d’aussi grande qualité. Visiblement, Hubert Lenoir veut faire son chemin à sa manière, sans concession.

La liste de la semaine

Les nouveautés

5 chansons du Québec franco sorties en 2018

Nos suggestions

Tranquility Base Hotel + Casino/Arctic Monkeys

Oubliez le rock carré de «AM». Les singes arctiques opèrent un virage à 180 degrés sur cet album déstabilisant, où les refrains accrocheurs s’effacent au profit d’une esthétique pop léchée style crooner. Certains abandonneront. D’autres, j’en suis, multiplieront les écoutes pour découvrir toute la profondeur du génie créatif d’Alex Turner.

This Is America/Childish Gambino

Un clip percutant, qui ne laisse personne intact. Gambino, l’alter ego musical de l’acteur Donald Glover, y dénonce le racisme et la violence par armes à feu en exposant sans compromis les travers et les contradictions de l’Amérique.