À 80 ans, il construit un château de ses mains | Le Sac de chips
/homepage

À 80 ans, il construit un château de ses mains

WESTBURY | Un homme de 80 ans de l’Estrie a réalisé son rêve en construisant un château de ses mains.

Lorsqu’on roule sur la route 112 à Westbury, un village de 1000 habitants près de Sherbrooke, il est impossible de ne pas détourner la tête lorsqu’on croise le château blanc et rouge qu’a bâti Fernand Gosselin.

Depuis maintenant trois ans que M. Gosselin travaille à la construction de son rêve de jeunesse qu’il a réalisé seul. Le château de 28 pieds par 30 pieds possède huit tours dont deux d’une hauteur de 25 pieds et est plus imposant que sa maison située à quelques mètres de là.

Photo courtoisie Alex Drouin

 

« J’ai toujours voulu avoir un château parce que c’est quelque chose de différent », a répondu M. Gosselin, qui s’est servi de son imagination et de sa débrouillardise afin d’installer les quelque 200 arbres servant à la construction. Il a utilisé des arbres cassés qui se trouvaient au sol ou qu’il a coupé, car ils étaient devenus trop hauts.

Il faut dire qu’il n’en était pas à sa première création puisque sur son terrain, connu dans la région sous l’appellation Les jardins vivaces de Fernand, on y retrouve un gazebo de 16 pieds par 16 pieds, 13 ponts ainsi qu’une cascade de 500 pieds de long. Sans oublier les 2300 variétés de vivaces et les 100 000 plants qui se retrouvent le terrain de 140 000 pieds carrés.

« Plus le projet est difficile et plus j’ai du plaisir à le réaliser », a-t-il dit.

Lorsque le Journal a rencontré M. Gosselin et son épouse, Lise Boisvert, le toit du château n’était pas encore terminé. L’octogénaire qui a occupé les emplois de machiniste, de mineur en plus d’avoir travaillé dans la construction ne sait pas quand il complétera son château.

Une fois terminé, le couple a l’intention d’y tenir des expositions et des conférences en plus de servir d’accueil aux nombreux visiteurs de leur jardin. L’été, il n’est pas rare de croiser des jeunes amoureux venus prendre leurs photos de mariage.

Photo courtoisie Alex Drouin

 

Ne faire qu’un avec la nature

 En 1994, M. Gosselin a perdu son emploi et a décidé d’agrandir son jardin. Depuis, il n’a jamais cessé d’y travailler.

L’une des grandes fiertés du couple est l’harmonie qu’ils ont créée avec la nature en n’utilisant aucun produit chimique et en n’arrosant jamais leurs plantes afin d’éviter d’utiliser de l’eau inutilement.

D’ailleurs, sur le terrain, il y a un arbre mort, mais il n’est pas question pour le couple de s’en débarrasser puisqu’un merle d’Amérique a fait son nid...