Tami Neilson encore meilleure, et un hommage à Oscar Peterson | Le Sac de chips
/harddrive

Tami Neilson encore meilleure, et un hommage à Oscar Peterson

Disons-le tout de suite, Tami Neilsen a du mordant. Après deux passages remarqués à Montréal, elle revient avec une nouveauté qui fera sans contredit votre été. Entre le soul des belles années et la puissance cuivrée de l’écurie Stax, la nouveauté Sassafrass! vous fera bondir de joie. En plus de la musique classique, le Festival de musique de chambre de Montréal rendra hommage au pianiste Oscar Peterson avec la présence de son contrebassiste et ami Dave Young.

Photo courtoisie

Lors du passage de Tami Neilson en octobre 2017 au Club Soda, voici ce que nous écrivions : « Des influences qui vont de la “fonderie” Stax à Mavis Staples et de Shirley Bassey à la légendaire Mahalia Jackson, Tami Neilson conjugue le tout, sans jamais copier ». Nous ajoutions qu’une section de cuivres aurait certainement donné un peu plus de punch. Eh bien, la question est résolue. Avec cette nouveauté toute scintillante, avec des octanes de soul bien répartis, la jeune chanteuse vient de franchir une nouvelle étape. Elle est toujours aussi caustique dans ses propos. Écoutez deux fois plutôt qu’une Stay Outta My Business, vous aurez rapidement compris que le message est puissant. Avec une voix qui couvre presque trois octaves et une amplitude majeure, elle fait résonner Smoking Gun, Devil in a Dress et le poignant Women’s Pain qui, là encore, évoque le souvenir de l’immortelle chanteuse que fut Mahalia Jackson. Si le registre change un peu, puisque nous retrouvons une puissante section de cuivres qui apporte beaucoup plus de mordant à ses interprétations, Tami Neilson reste fidèle à son style, sans artifices. Un travail bien fait, presque artisanal, qui touche directement au cœur.

Un hommage à Oscar Peterson

Photo d'archives courtoisie, Frans Schellekens

Le vendredi 1er juin, à la salle Pollack de l’Université McGill, la musique du pianiste Oscar Peterson flottera dans l’air. Autour de la fille du maître, Céline, nous retrouverons son compagnon, le contrebassiste Dave Young, en compagnie du batteur Jim Doxas et du pianiste Ben Paterson.

Lasse Lindgren

Photo courtoisie

★★★★

The Unrecorded Fox – Nilento Records/ Naxos 2 DC

Disparu en 2006, le trompettiste montréalais Maynard Ferguson eut un ascendant considérable sur des générations entières de musiciens. En plus de ses exploits dans la stratosphère, il avait une énergie communicatrice qui fait bien défaut de nos jours. Comme sa mémoire est encore bien vive, le trompettiste suédois Lasse Lindgren lui rend un très bel hommage avec cette nouveauté, pour le moins explosive. Entouré d’un orchestre qui a le swing chevillé au corps, le trompettiste fait plusieurs clins d’œil à The Fox (surnom de Maynard), sans jamais l’imiter.

3 concerts à surveiller

26 mai 20 h 30

Au Upstairs

Jean-Marc Hébert, guitariste

Marianne Trudel, pianiste

Rémi-Jean Leblanc, contrebassiste

Pierre Tanguay, batteur


29 mai 20, 21 h 15 et 22 h 30

Au Upstairs

Marianne Trudel, pianiste

Morgan Moore, contrebassiste

Robbie Kuster, batteur


31 mai 21 h

Au Dièse Onze

Olivier Babaz, contrebassiste

Michel Cusson, guitariste

Al Bourgeois, batteur