Le Sac de chips | Un sans-abri distribue son curriculum vitae dans la rue... et reçoit plus de 200 offres d'emploi!
/unbelievable

Un sans-abri distribue son curriculum vitae dans la rue... et reçoit plus de 200 offres d'emploi!

«Sans-abri affamé de succès. Prenez un curriculum vitae.»

Voici ce qu’avait écrit sur une pancarte David Casarez, un développeur web de 26 ans qui n’a pas de logis et qui est à la recherche d’un emploi. Vendredi dernier, portant une chemise avec une cravate, il se tenait à côté d’un banc de parc à Mountain View, en Californie.

Une passante, dont le nom d’utilisateur sur Twitter est @jaysc0, a publié une photo de l’homme et de son c.v. sur le réseau social. En moins de 72 h, la publication a été partagée à près de 134 000 reprises.

«Aujourd’hui, j’ai vu ce jeune sans-abri qui demandait que l’on prenne son c.v. plutôt que demander de l’argent. Si quelqu’un de Silicon Valley pouvait l’aider, ce serait incroyable. Partagez pour qu’on puisse aider David!» a-t-elle écrit.

Selon ce que rapporte le New York Post, Casarez avait déjà plus de 200 offres d’emploi samedi après-midi.

Le géant Google fait partie des compagnies qui l’ont approché.

Originaire du Texas, il s’est rendu à Silicon Valley dans le but de poursuivre son rêve d’avoir sa propre compagnie.

Il a donc pris l’argent de sa retraite et il a conduit jusqu’en Californie. Il a seulement manqué d’argent depuis juin.

Il a dormi dans son véhicule pendant un an, mais il y a un mois, il l’a vendu. Il passe ses nuits sur un banc de parc depuis ce moment. Samedi soir, Casarez allait encore dormir à cet endroit. 

Vendredi dernier, il a tenté le tout pour le tout.

Visiblement, ç’a été bénéfique!

Casarez a d’ailleurs publié un message pour remercier les gens dimanche, sur Twitter.

«Merci tout le monde pour le soutien. Je suis flatté du nombre de personnes qui ont été intéressées par mon histoire. J’en ai rencontré plusieurs qui ont été ou qui sont dans la même situation que moi. Je suis content d’être une inspiration pour vous tous», a-t-il indiqué.

 

 

À lire aussi

Et encore plus