Un mystérieux signal radio capté par un télescope canadien | Le Sac de chips
/unbelievable

Un mystérieux signal radio capté par un télescope canadien

Un court signal radio, provenant du fin fond de l’espace et émis par une source non identifiée, a été capté par un télescope en service au Canada.

Le signal, qui entre dans la catégorie des «sursauts radio rapides» (FRB), un concept propre à l’astronomie, n'a duré que quelques millisecondes.

Les chercheurs affirment que le signal, baptisé «FRB 180725A», est la première émission radio reçue à travers l’univers avec une fréquence inférieure à 700 MHz, soit la fréquence la plus basse jamais enregistrée. Ils estiment donc que la source du signal est extrêmement puissante.

Les FRB sont assez rares et leur découverte, récente. Les émissions de radio de ce type ont été remarquées pour la première fois en 2007. Depuis, il n’y a eu que très peu de manifestations du phénomène.

Les scientifiques cherchent encore à déterminer ce qui provoque les FRB. Parmi les hypothèses considérées, on retrouve notamment les explosions de trous noirs et les signes de vie extraterrestre.

Une expertise canadienne

L’Expérience canadienne de cartographie de l'intensité de l'hydrogène (le CHIME), l’appareil qui a permis de détecter le signal, est en opération depuis seulement un an. Le télescope est basé en Colombie-Britannique, mais a été développé par des chercheurs de l’Université de Toronto, de l’Université de la Colombie-Britannique et de l’Université McGill.

C’est d’ailleurs un chercheur de l’université montréalaise qui a remarqué «FRB 180725A». Patrick Boyle a fait état de sa découverte la semaine dernière dans un article publié sur «Astronomer's Telegram», un site web scientifique. 

Photo Université McGill

 

Le CHIME, consitué de quatre cylindres en forme de «U» mesurant 100 mètres chacun, est un peu comparable à une machine à retourner dans le temps.

Il a été élaboré pour évaluer des signaux datant de l'époque où l'univers avait entre 6 et 11 milliards d'années. Le télescope reçoit une quantité impressionnante de données, avec un flux équivalant à toutes les données du réseau mobile mondial.

Les scientifiques espèrent que cet outil leur permettra de mieux comprendre le processus d'expansion de l'Univers et le fonctionnement de la mystérieuse énergie noire, qui a contribué à l'accélérer.

 
  

 

 

 

À lire aussi

Et encore plus