18 émissions qui ont marqué la rentrée télé de 1998 | Le Sac de chips
/homepage

18 émissions qui ont marqué la rentrée télé de 1998

Vous vous souvenez de cette époque où tout le monde regardait la même émission de télé à la même heure? Quand regarder un «programme» avait des allures de grand-messe?

Pas de Netflix ni de YouTube dans l’horizon 1998. On était rivés à notre téléviseur pour regarder les mêmes émissions en même temps. Et s’en reparler le lendemain au bureau ou à l’école.

Quelles étaient vos émissions préférées? Quels étaient vos coups de cœur de 1998? Les téléromans ou talk-shows durant lesquels il était interdit de vous téléphoner?

Le Sac de chips s’est remémoré cette rentrée télévisuelle en y allant d’une liste de 18 musts de la télé québécoise de l’époque. 

Certaines de ces émissions de notre liste étaient déjà connues depuis quelques années alors que d’autres en étaient à leur toute première saison.

Watatatow 

Même si Chicoine découvrait peu à peu les obligations de la vie d’adulte et devenait moins bum, on suivait Watatatow en cachette quand on avait plus l’âge du public cible. Quoi? Il fallait bien savoir ce qui allait arriver à Émilie et son enfant!

Omertà 

JMTL

Une série sur le monde interlope montréalais dans lequel jouait un Claude Blanchard très crédible dans un rôle plus sérieux que dans ses années de cabaret. Omertà, réalisée par Luc Dionne, a aussi été adapté en film en 2012. 

Radio Enfer 

PHOTO COURTOISIE / LES ARCHIVES / LE JOURNAL DE MONTREAL

Des années après son retrait des ondes, ils sont encore nombreux les fans de l’émission mettant en scène des étudiants qui font de la radio étudiante pis qui sont baveux. Radio Enfer était une co-création de Louis Saia. Oui, le même Louis Saia qui nous a donné Les boys et Les voisins avec Claude Meunier.

Un gars, une fille 

Courtoisie

Avant de connaître un succès planétaire, le sitcom cré e par Guy A. Lepage a fait ses gammes à la télévision québécoise avec un succès instantané. Ce qui a sûrement permis au «beau» de RBO d’oublier le succès moindre de son talk-show Besoin d’amour...

La Fureur 

JMTL

L’émission de Véro était tellement populaire qu’une version en jeux de société était sortie juste avant le temps des fêtes. Et tu te devais de jouer avec tes matantes si tu ne voulais pas casser le party.

Piment fort 

«C’est chaud! C’est chaud... Mais! J’ai eu l’temps de compter mesdames et messieurs...» Qui l’eût cru? Cette émission animée par Normand Brathwaite a ressuscité le temps de deux saisons en 2016 et 2017.

Km/h 

JMTL

«Une tite frette mon Denis?» Les nostalgiques de discussions automobiles entre hommes peuvent se retaper les épisodes sur la chaîne Prise 2.

Drôle de vidéo 

JdeQ

Pas moins de quatre animateurs ont été aux commandes de cette première adaptation québécoise de America’s funniest vidéos. Serge Grenier, Jean-Michel Dufaux, Gilles Payer et Alain Dumas. 

La fin du monde est à 7 heures 

Cette émission d’information déglinguée nous a fait découvrir des visages qui sont devenus des incontournables de notre télé par la suite: Jean-René Dufort, Bruno Blanchette, Isabelle Maréchal, Patrick Masbourian. Et sans compter Paul Houde et sa souris prophète, la bien nommée Nostradamouse!

Bleu Nuit 

Difficile d’imaginer qu’une émission présentant des films coquins de piètre qualité pouvait attirer un si large auditoire. C’était, bien sûr, avant l’accès à toutes sortes de contenus olé olé sur l’Internet. (Oui, l’Internet existait en 1998, mais la vitesse de téléchargement décourageait souvent les plus vicieux des internautes...)

Course destination monde - dernière saison 

PHOTO COURTOISIE / RADIO-CANADA COURTOISIE Guy Nantel

Mine de rien, cette émission présentait des réalisateurs en herbe nous a fait découvrir au gré des saisons les Robin Aubert, Hugo Latulippe, Denis Villeneuve, Ricardo Trogi, Philippe Falardeau... et même Guy Nantel!

Les Choix de Sophie 

Avant de signer une chronique dans Le Journal, Sophie Durocher animait ce magazine culturel diffusé tous les jours de la semaine à Télé-Québec et qui a tenu l’antenne pendant 5 ans, de 1998 à 2003.

Les Francs-Tireurs 

L’émission, toujours en onde à l’heure actuelle, débutait sa toute première saison il y a 20 ans. Dans une formule à trois animateurs, Richard Martineau était assisté de Laurent Saulnier et Benoît Dutrizac.

4 et demi... 

Photo d'archives Radio-Canada

Même si au cours des saisons précédant 1998, on suivait surtout les quiproquos de cette clinique vétérinaire parce qu’ils étaient diffusés avant ou après La petite vie, ce téléroman signé Sylvie Lussier et Pierre Poirier a tout de même gardé l’antenne jusqu’en 2001.

Flash 

Véritable institution de TQS! Patricia Paquin nous menait chaque soir sur les tapis rouges ou autres coulisses du showbiz québécois avec aussi quelques intrusions à l’internationale. Anne-Marie Withenshaw a repris le collier à l’animation à partir de 2006.

Bouscotte 

Dans la plus pure tradition des téléromans signés Victor-Lévy Beaulieu, cette série nous entraînait au cœur des déchirements entre familles du Bas-du-Fleuve. Les fans de L’Héritage, aussi écrit par VLB, ont bien apprécié.

Les Machos 

Téléroman créé par Lise Payette de 1995 à 2000. Vous vous souvenez sûrement de la parodie grinçante de RBO. 

 

Ent’ Cadieux 

Les années de gloire de Vincent Bolduc au petit écran dans ce téléroman écrit par Guy Fournier. Étonnamment, beaucoup d’extraits sont disponibles sur YouTube. La série compte-t-elle aussi son lot d’admirateurs nostalgiques?

À lire aussi

Et encore plus