Un Montréalais veut connaître l’identité de celui qui se masturbe nu sur sa moto | Le Sac de chips
/unbelievable

Un Montréalais veut connaître l’identité de celui qui se masturbe nu sur sa moto

Une caméra vidéo a dévoilé au propriétaire d’une moto qu’un homme d’un certain âge se donnait du plaisir, nu, sur son véhicule.

Mon copain a un ami que j’aime beaucoup. Clément* est direct («Pourquoi tu étudies en histoire de l’art, c’est toi le chef d’œuvre», est une de ses phrases marquantes pour cruiser), il connait les diètes pour combattre toutes les maladies dégénératives possibles et il m’a vue tirer mon lait sans trouver ça dégoûtant. Il a aussi une moto.

Mais sa moto, depuis le mois de mai, sent continuellement le pipi.

1500$ pour savoir qui urine sur sa moto tous les soirs

«Quand le moteur chauffe, ça sent très fort l’urine», dit-il, pour souligner à quel point que de savoir son précieux bolide humecté par autre chose que de l’eau de pluie est dérangeant. Se demandant si c’était un animal qui avait adopté sa moto comme litière ou si c’était une «bande de jeunes qui voulaient juste faire du trouble», Clément s’est équipé d’une caméra et d’un dispositif d’enregistrement en direct sur le web d’une valeur de 1500$.

Lors d’un repas au restaurant, devant le regard du serveur que plus rien ne surprend, il me montre les images captées par sa caméra.

Les fesses d’un «vieux avec une maladie mentale»

Sur un des enregistrements en noir et blanc, un stationnement, pas trop isolé, où une moto et quelques voitures sont présentes. Soudain, un homme aux cheveux blancs apparait, les fesses bien visibles, avec ce qui ressemble à une bouteille de bière dans une main. Il s’assoit sur la moto et s’y frotte. Il en profite aussi pour uriner. Ça ne dure même pas une minute. Choqué, Clément a bien nettoyé sa moto après le visionnement, mais il se dit calmé depuis qu’il sait que c’est sans doute «un vieux avec une maladie mentale» et non des jeunes qui ne cherchent qu’à nuire et détruire la propriété d’autrui.

Étonnée, je demande comment est-ce possible que l’homme se promène nu, sans être gêné ou stressé d’être surpris par un voisin. Clément raconte qu’une maison, près du stationnement, possède une haie impressionnante de cyprès. Il me tend à nouveau son cellulaire pour que je regarde à l’écran une autre vidéo, celle-ci exposant encore une fois le même homme, qui, après avoir donné quelques coups de bassin à la moto, se dirige effectivement vers des arbres. S’arrêtant directement dans l’angle de vue de la caméra, on voit en gros plan son visage. L’homme se gratte la tête, avant de se rhabiller.

Nez à nez avec l’homme suspecté de déshonorer sa moto

Clément a remis des copies de ses enregistrements au poste de police de son quartier à Montréal. Après avoir porté plainte, lors d’une balade en moto avec sa conjointe, fin août, celle-ci croit reconnaitre l’homme présent sur la vidéo. Ils se dévisagent et l’homme part en courant. Clément le suit en moto et découvre la résidence où l’homme s’est réfugié. Il contacte la police et donne l’adresse. La police se serait ensuite rendue sur place, sans faire d’arrestation. Questionnée par Clément, la police aurait dit s’être assuré de la présence de l’homme identifié sur la vidéo, mais que comme ce n’était qu’un délit mineur, il n’y avait pas encore de plan pour la suite des choses. «Un délit mineur, je veux bien, mais ils me semblent que pour un mauvais stationnement ou d’autres délits somme toute aussi mineurs, les policiers sont moins patients et distribuent des contraventions assez rapidement.» L’enquête toujours en cours, le SPVM a préféré ne pas commenter la plainte de Clément.

Clément attend les suites de l’enquête, espérant poursuivre l’homme, pour au moins ravoir la somme dépensée pour sa caméra, laquelle a d’ailleurs été volée par un groupe de jeunes depuis. «Ils ont été captés par la caméra. Ils ont l’air saouls, et l’un d’eux s’emparent de la caméra, joue et décide de partir tout bonnement avec.» Il a aussi porté plainte à ce sujet.


*Clément est un nom d'emprunt.