Les 44 albums qui ont fait l'année 2018 selon l'équipe de Disque dur | Le Sac de chips
/harddrive

Les 44 albums qui ont fait l'année 2018 selon l'équipe de Disque dur

2018 a été une année très forte en musique, peu importe le genre ou la provenance.

Voici 44 albums parus durant les douze derniers mois qui ont su retenir l’attention de l’équipe Disque dur!


 44. Arctic Monkeys – Tranquility Base Hotel & Casino  

Alex Turner a essayé quelque chose. C’est bien parfois d’essayer des choses.

 43. The Spitfires - Year Zero  

Ce dernier venu dans la discographie des Spitfires nous semble à la première écoute un bon condensé des Clash, des Jam, Madness, Specials, Dexy’s Midnight Runners en passant par Blur et les Kinks. Mais plus on l’écoute, plus on en vient à considérer que les chansons de Year Zero sont avant tout de l’authentique Spitfires.    

 42. Milk & Bone – Deception Bay   

Le duo montréalais frappe fort un fois de plus avec un opus très personnel qui traite d’amour et de perte.    

 41. Koriass – La nuit des longs couteaux   

Alors que plusieurs l’attendaient avec une brique et un fanal (et de longs couteaux, faut croire), Koriass a refait surface avec un disque désarmant par sa franchise (et ses bons beats). C’est connu, le public est friand d’histoires de comeback. Voici donc.   

 40. The Now Now – Gorillaz   

 Un retour aux sources pour Damon Albarn, qui semble s’être donné le droit de faire un album joyeux et  sans prétention. 

 39. Stephen Malkmus & the Jicks - Sparkle Hard  

Un 7e effort solo pour l’ancien frontman de Pavement. Malkmus n’a rien perdu de sa personnalité en se permettant tout de même d’être très différent.       

 38. Kali Uchis – Isolation  

Une des voix les plus originales et féroces de la pop a offert un album entraînant, truffé de collaborations mémorables.    

 37. Marie-Gold – Goal: une mélodie  

Sur Goal: une mélodie, la rappeuse et réalisatrice se distingue de son ancienne formation Bad Nylon en abordant des thématiques plus personnelles et un ton plus sérieux sur fond de rythmiques moins pétaradantes, mais se prêtant rudement bien à ses réflexions et son flow.       

 36. Emma Ruth Rundle –On Dark Horses   

À quelques degrés près d’Angel Olsen et de Salomé Leclerc, la Louisevilloise offre un album aux textes opaques (Darkhorse glace le sang après quelques écoutes) et aux mélodies qui entraînent souvent un poing levé chez l’auditeur. Un album sombre, donc, mais qui balance.   

 35. Sleep - The Sciences  

Plusieurs tentatives ont été faites de notre part pour chanter les louanges de ce premier album de Sleep en presque 20 ans sans le comparer à Black Sabbath. Nous avons échoué une fois de plus.       

 34. U.S. Girls –In a Poem Unlimited  

C’est pas tous les jours qu’on a le goût de danser sur de la musique engagée. Surtout dans l’ère Trump. Tout un exploit pour Meghan Remy.      

 33. Noname - Room 25  

 Un deuxième album qui n’a rien à envier au premier et dont le groove met en valeur les histoires de l’artiste de Chicago.    

 32. Thin Lips - Chosen Family   

Sur ce deuxième album, la guitariste et chanteuse Chrissy Tashjian s’épanche sur sa sortie du placard, la mort de proches et d’autres sujets épineux. Et pourtant, les mélodies du trio demeurent très énergiques et contagieuses. 

 31. Cardi B – Invasion Of Privacy   

Non seulement c’est la rappeuse de l’année – le nombre de records atteints en témoigne –, mais l’album est de la bombe. Cardi B et ses collaborateurs livrent un plaisir pas du tout coupable avec Invasion Of Privacy.       

 30. Mitski - Be the Cowboy  

Ça aura pris cinq albums à Mitski pour se faire découvrir par le grand public et ce n’était pas trop tôt.        

 29. Anderson.Paak – Oxnard   

Un opus dansant et plus porté vers le rap pour le chanteur californien.       

 28. Joji – Ballads 1   

Joji proposait cette année un premier album complet convaincant qui, accessoirement, peut servir de trame sonore pour pleurer tant sa pop est mélancolique. Les fans de The Weeknd, notamment, vont adorer.       

 27. Fanny Bloom – Liqueur   

        

 26. No Age – Snares Like a Haircut   

Le duo pop nous offre encore une fois un chaos très organisé qui devient de mieux en mieux à chaque écoute.     

  25. Blood Orange – Negro Swan   

Même si le genre de cet album n’est pas toujours clair, Dev Hynes nous offre les 16 pièces qui constituent Negro Swan avec une assurance déstabilisante.

 24. Trop belle - Trop belle   

L’arrogance coquine de la chanteuse de Trop belle pimente les vers d’oreilles de ce délicieux EP.    

  23. Kamasi Washington –Heaven & Earth  

Une odyssée cinématographique et magistrale offerte par un des meilleurs musiciens de jazz du moment.       

 22. Safia Nolin – Dans le noir   

Un album qui cimente Safia Nolin comme une des figures fortes de la scène locale. Du folk triste, certes, mais de plus en plus ambitieux. Bravo. 

 21. Kurt Vile –Bottle It In  

Sur Bottle It In, Vile prend du temps pour repenser à sa vie et se remettre en question. Un album moins flashy que b’lieve i’m goin’ down...  de 2015, mais une joie à écouter. 

 20. Jérôme 50 – La hiérarchill  

Un album plein d’humour, porté par des musiciens au sommet de leur forme.     

 

19. Helena Deland     

 Un son planant, une voix envoûtante et des pièces sans faille pour la jeune musicienne montréalaise.      

 18. Guided By Voices - Space Gun  

Les vétérans de l’indie rock n’ont pas de leçon à recevoir d’aucune jeune pousse qui serait tentée de les tasser.       

 17. Pusha-T – Daytona  

Le digne héritier de Kanye West a offert un album concis et explosif, montrant enfin l’étendue de son talent.       

 16. Lydia Képinski – Premier juin  

Un premier album comme il s’en fait peu. Képinski ne se cherche pas du tout. Elle sait qui elle est et nous le garroche en pleine face. Merci bonsoir.      

 15. Alain Bashung – En amont   

Presque dix ans après sa mort, cet album posthume de Bashung nous rappelle qu’il est en fait immortel.

 14. Kanye West – ye   

Le moins bon disque de la carrière de Kanye est quand même un des meilleurs disques de l’année. Imaginez... On y trouve Ghost Town, qui est peut-être une de ses meilleures à vie. Juste pour celle-ci, y vaut la peine d’être mentionné.       

 13. Mordicus – Où sont les néons?  

Les rockeurs de Chicoutimi nous ont balancé leur troisième album cette année et force est d’admettre que la sauce prend toujours.       

 12. Jean-Michel Blais – Dans ma main  

 Le musicien propose un voyage néoclassique à la fois introspectif et grandiose.       

 11. Daughters – You Won’t Get What You Want   

Définitivement pas un disque pour tout le monde. Mais l’ambition derrière le premier Daughters en huit ans est indéniable.        

 10. Les Trois Accords – Beaucoup de plaisir   

Bien que ce n’est pas le meilleur de la discographie du combo rock, Beaucoup de plaisir s’avère, justement, très, très l’fun au fil des écoutes. Soyez patient(e)s. Laissez ces vers d’oreille se faufiler. Ça vaut la peine!   

 9. Deafheaven - Ordinary Corrupt Human Love   

61 minutes d’émotions brutes qui vous transformeront. C’est tout ce que vous devez savoir.

 8. Jeff Rosenstock - Post-   

Œuvre livrée dans l’urgence et la montée de Trump, Post - comme son titre l’indique - s’interroge sur «l’après» élection, voire l’avenir, sur la prise de parole alors qu’on a déjà une masse silencieuse d’un côté et des médias qui beurrent épais. Ne vous inquiétez pas, toutefois. Comme ça demeure un disque de Jeff Rosenstock, l’emballage est punk rock vitaminé à souhait et le propos verse plus dans la confession que le prêchi-prêcha.         

 7. Hubert Lenoir – Darlène  

 De la musique aux accents de rock classique, avec une irrévérence intemporelle.        

 6. Obia le chef – Soufflette   

«CHAMPION. HAÏTIEN. ENTREPRENNEUR. FINISSEUR.» Vous avez tous besoin de plus d’Obia le chef dans vos vies.

 5. The Vaccines - Combat Sport   

Combat Sport n’est peut-être pas aussi marquant que le premier album des Vaccines paru en 2011 (What did you expect from the Vaccines?), mais il reste plus complexe sur le plan des arrangements. 

 4. Nothing - Dance on the Blacktop   

Nothing est ce que plusieurs artistes alternatifs des années 90 (qu’on ne nommera pas) auraient dû devenir.     

 3. IDLES –Joy As An Act Of Resistance  

Ce qui est quand même l’fun quand la droite monte au pouvoir, c’est la réplique culturelle. On l’a vu, notamment, avec la présidence de Reagan et la montée du punk anarchiste (et la naissance du groupe Reagan Youth, évidemment). Notre époque n’y échappe pas et IDLES se distingue du lot avec des musiques grinçantes et, surtout, des textes hyper rassembleurs.   

 2. Alaclair Ensemble –Le sens des paroles  

La gang de minces sort un peu du moule qu’elle a elle-même établi au cours de sa discographie sur cet album fortement influencé par... toutes les musiques qui existent ¯\_(ツ)_/¯..., mais hey, l’imprévisibilité fait justement partie de son ADN pis c’est ben correct de même.       

  1. Les Louanges – La nuit est une panthère  

Le premier opus de Les Louanges a fait une apparition remarquée cette année. Un mélange abouti et étonnant entre des sonorités jazz et du funk rétrofuturiste. Un des seuls albums de 2018 à faire consensus.     

À lire aussi

Et encore plus