Comme dans un couple, Catherine Fournier considère que les Québécois ont «tourné la page» sur le Parti québécois | Le Sac de chips
/zoneassnat

Comme dans un couple, Catherine Fournier considère que les Québécois ont «tourné la page» sur le Parti québécois

Photo Simon Clark

Pour l’ex-députée du Parti québécois (PQ) Catherine Fournier, Cupidon a carrément levé les feutres en ce qui concerne la relation entre son ancienne organisation politique et les Québécois.

Dans une vidéo publiée par la page 7 jours sur Terre, l’animateur Benjamin Tremblay s’est entretenu une trentaine de minutes avec la jeune élue de 26 ans qui siège maintenant comme indépendante depuis quelques semaines.  

D’entrée de jeu, Mme Fournier est revenue sur les raisons de son départ et sa vision du Parti québécois.  

Elle a comparé le tout à... une relation de couple!  

«Au-delà de la capacité du Parti québécois de se renouveler, la conclusion à laquelle je suis arrivée, et c’est une analyse qui est bien personnelle, c’est que, même si contre toute attente, il y arrivait, je considère que les Québécois ont tourné la page», a-t-elle affirmé.  

«S’il y a des problèmes au début [de la relation] et qu’on les prend, qu’on les traite et qu’on arrange les situations, la relation peut se poursuivre après. Tandis que, quand les problèmes sont ignorés, il vient un temps qu’il y a une espèce de rupture et que, même si la personne, par exemple, change. Eh bien, de toute façon, il est trop tard. J’ai l’impression que dans la relation entre le Parti québécois et les Québécois de façon générale, on est un peu rendu là. Le Parti québécois a tellement ignoré les signaux d’alarme depuis tellement longtemps», a-t-elle ajouté.  

Catherine Fournier ne voit pas ce qu’il y aurait d’assez «fort pour réparer cette coupure qu’il y a eu et qui s’est accentuée depuis 25 ans» et croit qu’elle est «irréversible». 

Ouch.  

Le Parti québécois, fondé en 1968 par René Levesque, et les Québécois seraient-ils victimes de la crise de la cinquantaine?  

Est-ce que c’est plus qu’un «break»?  

Est-ce que les Québécois sont partis avec un parti plus jeune juste pour le «thrill»? 

La suite dans... la Zone AssNat édition sexe et conseils.   

 

À lire aussi

Et encore plus