[VIDÉO] Disque dur débarque au Knock-Out pour parler Record Store Day avec Rox Arcand | Le Sac de chips
/harddrive

[VIDÉO] Disque dur débarque au Knock-Out pour parler Record Store Day avec Rox Arcand

Des albums aux éditions aussi limitées qu’étranges, des spectacles uniques et beaucoup d’amour pour ce cher disque vinyle: les raisons sont nombreuses de se réunir entre mélomanes ce samedi chez son disquaire favori en l’honneur du Record Store Day (RSD).  

À Québec, pour plusieurs fans de l’objet rond et sonore, la boutique Le Knock-Out dans le quartier Saint-Roch s’imposera comme lieu de communion musicale ultime en cette journée (presque) sacrée.  

Pourquoi? Parce qu’année après année, sa copropriétaire, la colorée et très sympathique Rox Arcand, se démène pour célébrer la renaissance du microsillon avec la communauté locale grâce à une foule d’activités.  

Oui, bon nombre de fidèles font la file tôt le matin du RSD pour tenter de récupérer l’unique exemplaire d’une quelconque réédition obscure sur vinyle de Pink Floyd, mais plusieurs restent ensuite pour les prestations intimes, les petits concours et les discussions enthousiastes entre mélomanes.  

Au grand plaisir de la disquaire en chef du Knock-Out!  

Cela dit, pour arriver à présenter à ses clients un tel rendez-vous annuel, cette dernière doit redoubler d’efforts en arrière-scène pour s’assurer du succès de l’événement.  

De la sélection des titres du RSD qui seront disponibles en magasin à la planification des performances musicales de la journée, une chose est certaine: Rox Arcand ne chôme pas!  

Disque dur vous invite donc à plonger dans les coulisses, de même que dans les hauts... et quelques bas du Record Store Day en sa compagnie avec la vidéo ci-dessus.  

EN SUPPLÉMENTAIRE  

Parce que ce ne sont pas toujours tous les propos intéressants qui font leur chemin jusqu’à une capsule vidéo, voici, en vrac, quelques autres points de vue forts en humour et en franchise de la copropriétaire du Knock-Out au sujet du Record Store Day!  

Sur l’événement du RSD  

«C’est une fête, ça arrive une fois par année. Tant qu’à le faire, on va le faire dans le sens du monde. Ça ne me tentait pas de juste avoir des disques, les mettre là, viens les chercher pis va-t’en. Je trouve ça poche.»  

«Les sorties du Record Store Day, c’est inégal. C’est un peu comme les années musicales, ça dépend de ce qu’il y a. Il y a des années où je me dis qu’il y a trop d’affaires et que tout est bon, ou presque. Pis il y a d’autres années où je me demande pourquoi ils font ça. Pourquoi! Pourquoi telle réédition fois mille en version X que tu as probablement 15 fois déjà?»  

«Le Record Store Day, ce n’est pas une journée où tu consommes quelque chose... tu viens fêter quelque chose!»  

Sur le travail de disquaire pendant le RSD  

«Pour nous, en tant que disquaire, il faut tout évaluer combien de stock on va recevoir pour le Record Store Day pour ensuite mettre la pédale douce pour le stock régulier. Ça, je trouve ça un peu plate, parce que je me retiens de commander certaines choses en janvier, février et mars [pour garder de l’espace et de l’argent pour la marchandise du Record Store Day].»  

«Le staff ici a hâte à cette journée-là. J’ai une employée qui venait avant comme cliente et, là, elle est excitée d’être derrière le comptoir!»  

Sur ses coups de cœur de l’édition 2019 du RSD  

«Chaque année, je sais que les Ramones vont sortir quelque chose... c’est comme rendu un running gag. Mais oui, je vais l’acheter! Il y a Motörhead aussi qui sort de quoi que j’ai hâte de voir. Sinon, il y a un boxset de Devo... Je déteste Devo, mais le box va être beau, donc j’ai hâte de le recevoir!»  

Sur les hits de l’édition 2019 du RSD  

«Il y a Pink Floyd... achevez-moi quelqu’un! [Rires] Mais t’sais, on en a besoin de Pink Floyd. Ça a toujours vendu et ça va toujours vendre. Cette année, surtout dans les sorties québécoises, je me fais beaucoup parler de Tire le Coyote et Hubert Lenoir. Je trouve ça le fun que les artistes du Québec participent à ça.»

À lire aussi

Et encore plus