Lydia Képinski n’en fait qu’à sa tête... et c’est tant mieux | Le Sac de chips
/harddrive

Lydia Képinski n’en fait qu’à sa tête... et c’est tant mieux

 

 L’année passée, l’auteure-compositrice-interprète rock pop offrait un cadeau le jour de son anniversaire : son fameux LP Premier juin. En 2019, l’artiste en rajoute avec une offrande particulière d’un bout à l’autre : un mixtape vidéo proposant des versions remaniées – et souvent plus dansables – des pièces de son album.  

 

 

 Lydia Képinski  

 

 ★★★½  

 

 Premier juin remix   

 

 INSTAGRAM  

 

 Pour la petite histoire, Képinski aurait recruté ses collaborateurs – dont la productrice RYAN Playground et le DJ bien connu Tommy Kruise – par Instagram. Autres contemporanéités : l’œuvre n’est, à ce jour, disponible que sur YouTube, sous forme de vidéo en continu – très belle d’ailleurs, en passant – enfilant les pièces sur images de l’artiste sur le party.  

 

 Bien que l’association entre Képinski et ces producteurs ne semble pas instinctive de prime abord, elle témoigne bien de la pollinisation de la scène musicale actuelle. Parce que, non, les artistes folk ne fréquentent pas que des gratteux de guitares sèches en coulisses de vos festivals préférés. Notons également que certaines pièces (dont Premier juin, justement) se prêtaient déjà bien à l’exercice de la relecture électro tant elle était déjà riche en synthés.  

 

 QU’EN PENSER ?  

 

 Audace oblige, Premier juin remix n’est pas à la portée de tous et certains fans de l’œuvre originelle pourrait sourciller à l’écoute de certaines versions remaniées. L’adaptation de Pie-IX, signée Ben Shemie, vaut tout particulièrement le détour.  

 

 À écouter et regarder sur la chaîne YouTube de l’artiste.  

 

 

 Nomadic Massive  

 

Photo courtoisie

 ★★★★  

 

 Times  

 

 Collectif local soulignant son 15e anniversaire cette année, Nomadic Massive fête ses noces de cristal vendredi prochain avec un septième album craquant. Au programme, le même modus operandi qui distingue le groupe de ses consœurs et confrères : un savant métissage de rap et de reggae, d’espagnol, de français et d’anglais, notamment. Si, musicalement, ça fait très « été », le propos n’est pas léger pour autant. La joyeuse bande démontre qu’on peut être engagé tout en conservant un certain groove !  

 

 

 Artistes variés  

 

Photo courtoisie

 ★★½  

 

 Coup de cœur country  

 

 Une bonne idée à l’exécution ­douteuse qu’est cette compilation de reprises de chansons immortelles popularisées en français au Québec. Les classiques y sont (Quand j’aime une fois j’aime pour toujours, J’ai un amour qui ne veut pas mourir, et j’en passe) tout comme quelques sélections qui ­surprennent (Une autre chambre d’hôtel est rarement célébrée malgré son succès incontestable). Musicalement, c’est toutefois d’une tristesse ; les mélodies semblant arrachées de l’appareil karaoké du bar du coin. Pour les pur(e)s et dur(e)s seulement.  

 

 

 Miley Cyrus  

 

Photo courtoisie

 ★★★  

 

 She Is Coming  

 

 Retour surprise, ambitieux (on y reviendra) et – surtout – à une formule pop plus éclatée pour Miley Cyrus. Deux ans après Younger Now, un sixième album plus édulcoré, l’auteure et interprète lance le premier volet d’un triptyque de maxis qui mèneront à un LP à paraître d’ici la fin de l’année. Expérience oblige, Cyrus et ses collaborateurs proposent un savant dosage entre le genre de prédilection de l’artiste et les tendances de l’heure (les influences trap, notamment). Un brin moins criard que Bangerz, donc, et c’est tant mieux. Vivement la suite.  

 

 Coup de coeur  

 

 

 JIP LESS  

 

Photo courtoisie

 ★★★½  

 

 Cap sur l’éclaircie  

 

 Autrefois chanteur du groupe rock local Nathasha – qui aura remporté un certain succès d’estime sur les radios universitaires –, Jean-Philippe Lessard fait carrière solo depuis et propose cette semaine Cap sur l’éclaircie, un maxi folk déboussolant. Premier constat : Cap sur l’éclaircie plaira aux fans d’Avec pas d’casque (au niveau de l’interprétation, surtout), sans toutefois singer le fameux projet. Les amateurs des moments plus tendres du projet Eels en auront aussi pour leur compte. Bref, c’est beau, c’est doux et ce n’est pas bête du tout (contrairement à cette rime). Le EP devrait se retrouver en ligne sur jipless.bandcamp.com.      

 

À lire aussi

Et encore plus