François Lambert et Stéphane Gendron s’insultent sur Facebook | Le Sac de chips
/potins

François Lambert et Stéphane Gendron s’insultent sur Facebook

Que serait la fin de semaine du Grand Prix sans scandale? Une simple course de chars qui vont vite, ce n’est pas assez.

Cette année, les projecteurs se sont donc braqués sur Stéphane Gendron et François Lambert alors que les deux hommes se sont échangé les politesses par statuts Facebook interposés. 

La saga débute alors qu’une photo de François Lambert est publiée dans Le Journal de Montréal accompagnée de la citation suivante: «Je devais venir en Lamborghini, mais j’ai eu une crevaison. C’est épouvantable!» 

Tout cela n’a pas plu à l’ancien maire d’Huntingdon et il n’a pas hésité à partager son mécontentement via sa page Facebook. 

 

 

Dans sa publication, M. Gendron relate plusieurs épreuves difficiles associées au métier d’agriculteur et remet en question le titre d’agriculteur dont se réclame François Lambert. 

«Note à François Lambert: tu peux te prétendre “agriculteur”. L’être – c’est une autre paire de manches.» 

À la surprise de peu de gens, M. Lambert, qui n’est pas étranger aux chicanes sur les réseaux sociaux, n’a pas perdu de temps avant de répondre à l’ancien animateur de L’avocat et le diable.

 

 

«Car pour être agriculteur, un vrai, il ne faut pas avoir d’employés. Selon sa théorie, il faudrait que je ramasse des roches dans le champ 20 heures par jour et que j’écrive des statuts 20x/jour que le gouvernement ne m’aide pas assez.» 

L’homme d’affaires continue en expliquant qu’il fait lui aussi face aux aléas du métier et que ses projets ne sont pas toujours lucratifs. 

«Alors si je prends sa théorie, il faudrait que tout entrepreneur soit un one-man-show ou sinon il ne serait pas un entrepreneur.» 

Il a aussi profité de l’occasion pour traiter M. Gendron de con. 

«Ce type est tellement con.» 

Nous souhaitons aux deux hommes d’être capables de mettre leur différend de côté et nous souhaitons surtout une bonne récolte à tous. 

 

À lire aussi

Et encore plus