Au camp de vacances de Jérôme 50 à Petite-Vallée | Le Sac de chips
/harddrive

Au camp de vacances de Jérôme 50 à Petite-Vallée

Élise Jetté

 BOUM. BOUM ACHIKABOUM.  

 Je m’en vais chasser le lion. Je m’en vais chasser le lion.  

 Ce n'est pas parce qu’on était en bord de mer que Jérôme 50 se la jouait camp de vacances.   

 Celui qui a même inventé sa propre version de Trois petits chats est un irréductible de la profession de moniteur de camp. Peu importe la géographie de sa prestation, contexte de vacances ou pas, il manie la chanson à répondre comme s’il s’appelait Luciole à l’OTJ de Limoilou.    

 «Je suis un professionnel du rebond», me dit-il, une roche plate à la main, près de la mer qui borde le chapiteau du Théâtre de la Vieille Forge de Petite-Vallée.  

 Quelques heures avant son spectacle gaspésien il nous parle de ses plaisirs estivaux. «Je pense que les vacances devraient être à l’année et la Saint-Jean aussi. Je passe mon temps à boire beaucoup de Perrier et visiter beaucoup la SQDC, mais je fais plus affaire avec les criminels. Le pot est moins sec.»  

Jérôme 50 au Festival en chanson de Petite-Vallée

Élise Jetté

Jérôme 50 au Festival en chanson de Petite-Vallée

  

 Amoureux et habitué de la Gaspésie, il n’a pourtant jamais fait le fameux tour de la région qui ponctue normalement un été de cégépien. «La mer, ça sent bon. J’adore la Gaspésie, mais je suis mieux chez nous à Québec dans mes affaires, là où je peux aller jouer au parc avec Simon Kearney. On joue au frisbee.»   

Simon Kearney sur scène avec Jérôme 50 lors du Festival en chanson de Petite-Vallée

Élise Jetté

Simon Kearney sur scène avec Jérôme 50 lors du Festival en chanson de Petite-Vallée

  

 Et parce qu’il aime tant être chez lui, c’est La chaise musicale qui est la plus en phase avec sa vie. «Je parle du fait qu’on va cueillir des cerises dans l’Est, on va cueillir des champignons spéciaux en Nouvelle-Zélande, on va goûter aux fruits de la passion de l’Asie, mais qui a déjà été cueillir des bleuets au Lac-Saint-Jean? Je trouve ça beau de connaître sa maison avant d’aller cogner chez le voisin.»  

  

 Et si on parle de voyages, l’Europe et ses musées ne l’intéressent pas. «Ma passion, c’est ce qui est petit. Stéphane Lafleur [Avec pas d’casque), c’est mon idole. J’aime sa manière de parler des petites choses et de ne parler de rien.»  

Élise Jetté

  

 Sur la scène temporaire de la Vieille Forge, Jérôme 50 a chanté sa version bien à lui de Trois petits chats, une version qui commence par «châssis double» au lieu de «chapeau de paille» . «Je chanterais cette toune-là sur le bord d’un feu de camp de vacances n’importe quand. Je suis tellement fier de ma version», confie-t-il avant le spectacle.  

 La banlieue avant la nature 

 Devant la plage qui s’étend devant nous à perte de vue tel un poème de Gaston Miron, Jérôme ne ressent aucune inspiration. «Je ne suis pas inspiré par la nature. La banlieue, ça, ça m’inspire. C’est une source infinie de choses à dire. T’as des chars, des maisons à perte de vue. Ça me donne envie de me révolter. Rendu ici, j’ai pus le goût de rien dire.»  

 Sa chanson fétiche gaspésienne? «Ha je pensais pas que tu dirais gaspésienne... merde. Parce que la chanson Fetish de Selena Gomez est tellement bonne.»   

  

 Sinon, il admet que Le triangle des Bermudes de Patrice Michaud. Représente bien l’esprit de la place. «Je suis fan de son premier album. Il a été grandement sous-estimé», croit Jérôme.  

  

 La Hirérarchill de Jérôme 50 a fait son chemin depuis sa sortie en octobre 2018, mais Jérôme a du mal à estimer si les chilleurs sont au rendez-vous. «J’ai hâte de mourir pour voir si mes chansons vont vivre après ma mort, exprime l’auteur-compositeur. Je vais pouvoir me dire: "ta carrière était pas si pire que ça". Pour répondre à ta question, il faudrait que je meure. Je suis prêt à mourir. La mort est si vite arrivée... n’importe quel autobus qui manque de freins...»  

 La suite arrivera bien vite, car Jérôme préfère la création à l’expression scénique. «J’aime vraiment mieux être avec mon piano tout seul qu’en show.»  

  

 Plusieurs dates de tournée sont au programme pour Jérôme 50 partout au Québec. Pour le voir dans le cadre d'un festival, Le Festif! (Baie-Saint-Paul) et Le Frimat (Val-d'Or) sont les deux prochains rendez-vous!

À lire aussi

Et encore plus