Voici des albums à écouter dans un hamac! | Le Sac de chips
/harddrive

Voici des albums à écouter dans un hamac!

Habituellement, on a droit à trois scénarios pour la culture dans les médias au cours de l’été.   

  1.  Vos chroniqueurs préférés (et ceux que vous aimez détester, bien sûr) prennent souvent un long congé. 
  2.  Les médias se mettent en « mode estival » — on mise sur le contenu léger, léger — même si personne ne le leur a demandé. 
  3.  On se met en mode « rattrapage », prétextant que les vacances sont le moment idéal pour se claquer des œuvres culturelles parues il y a des semaines, voire des mois.  

 The Black Keys  

 

Photo courtoisie

 ★★★  

 

 Let’s Rock   

 

 Vous l’aurez deviné, la publication de cette page démontre que le choix #1 est écarté et les habituées de cet espace s’attendent déjà à quelques blagounettes. Ne me reste plus que l’option finale, en effet.  

 

 D’où ce retour sur Let’s Rock, neuvième album — agréable, mais pas si captivant — du duo rock The Black Keys.  

 

 BRAISES MOUILLÉES  

 

 Bien que la simplicité volontaire et le don pour les riffs qui devraient accrocher s’y retrouvent, Let’s Rock manque de passion ou, du moins, cette dernière est demeurée en studio entre Patrick Carney et Dan Auerbach.  

 

 C’est bien foutu, on s’entend, mais pour un projet du calibre des Black Keys, c’est cruellement quelconque et, surtout, tellement mou, voire banal.  

 

 Les fans y trouveront leur compte, j’imagine, mais pour les autres mélomanes friands de rock, vous avez tout simplement l’embarras du choix pour du matériel plus intéressant.  

 

 

 The Planet Smashers  

 

Photo courtoisie

 ★★★½  

 

 Too Much Information  

 

 Diantre, un nouvel album de la résistance ska locale! Outre quelques ovnis, les Smashers livrent un énième album « de party » juste à temps pour l’été. Mine de rien, c’est toutefois dans ces « inclassables » que Too Much Information se distingue de la discographie du projet (la pièce titre, borderline engagée, et Break My Neck — tirée d’un fait vécu — en témoignent). Ni Dieu ni maître, toutefois, ne peuvent convaincre le collectif montréalais d’être sérieux très longtemps. C’est donc un disque essentiel pour votre prochain party de piscine, en effet !  

 

 

 Philemon Cimon  

 

Photo courtoisie

 ★★★★½  

 

 Pays  

 

 Trop longtemps ai-je redouté cet album paru à la fin du mois de mai. Peut-être parce le modus operandi de l’auteur-compositeur-interprète — crinquez le spleen à onze, en gros — ne s’alignait pas avec mes chakras d’alors. Ceci étant dit, Pays est un chef-d’œuvre folk (et ça vient d’un type qui n’est pas un inconditionnel de Cimon). Si vous cherchez des références, imaginez un combo alliant la retenue de Safia Nolin et l’errance de Mount Eerie (le déchirant A Crow Looked at Me vient étrangement en tête) puis laissez-vous porter par la vague.  

 

 

 Navet Confit  

 

Photo courtoisie

 ★★★  

 

 Navet Confit présente le Justin Trudeau Kinda Party  

 

 Album concept en lien avec la légalisation du cannabis, le Justin Trudeau Kinda Party de l’inclassable artiste et ses potes est un beau délire qui se veut aussi festif qu’improvisé, mais qui arrive un brin tard à la fête. Si la référence est (déjà) datée, le processus — lui — se veut plus intéressant et captivera les tripeuses et tripeux d’albums psych’ québécois des années 70, notamment. Au final, le JTKP fait un brin projet d’initiés, mais est bardé de bons moments. Une expérience à tenter, donc.  

 

 Coup de coeur  

 

 

 BLACK PUMAS  

 

Photo courtoisie

 ★★★½  

 

 Black Pumas  

 

 Duo soul psychédélique d’Austin, les Black Pumas m’ont — à l’image du prédateur félin — pris par surprise avec ce premier album homonyme palpitant. Pour les amateurs du genre, c’est étonnant que le projet ne se retrouve pas sur l’étiquette Daptone tant il s’est approprié le genre vénérable sans toutefois faire dans la nostalgie crasse. Bien qu’on aurait pris davantage de pièces entraînantes à la Fire, le chanteur Eric Burton et son partenaire Adrian Quesada offrent une première carte de visite qui en laisse présager beaucoup. À découvrir!      

  

 

À lire aussi

Et encore plus