Simon Olivier Fecteau écrit un message percutant sur le deuil qu'il vit avec son amoureuse | Le Sac de chips
/potins

Simon Olivier Fecteau écrit un message percutant sur le deuil qu'il vit avec son amoureuse

Simon Olivier Fecteau et sa femme Eduina vivent actuellement un deuil qui laisse un énorme vide dans leur coeur. 

 Les deux étaient en Grèce, à Athènes, plus précisément, pour être aux côtés père d’Eduina, Arben, qui vivait malheureusement ses derniers moments.  

Atteint d'un grave cancer à l’âge de 52 ans, le beau-père de Simon-Olivier Fecteau a malheureusement succombé à la maladie alors qu'il était à son chevet. 

Pour annoncer cette triste nouvelle, le réalisateur a composé un texte poignant accompagné d’une série de photos qu'il a partagé sur son compte Instagram.  

  

«Les corridors d’hôpitaux se ressemblent tous. Celui-ci est à Athène, en Grèce. On y voit deux filles qui viennent de perdre leur papa. Une de ces deux filles est ma copine Eduina, l’autre est sa soeur Bora. Depuis le dernier mois, elles sont restées au chevet de leur père mourant. Cette semaine, à 52 ans seulement, Arben a succombé à son cancer.», débute-t-il.  

Simon continue son texte en évoquant sa toute première rencontre avec Arben. 

«Je l’ai rencontré pour la première fois l’hiver dernier, on ne parlait pas la même langue. La première chose qu’il m’a demandée est si je jouais aux dominos. Il a enchaîné en me demandant quelles étaient mes intentions avec sa fille. »  

Il poursuit en rendant hommage à cet homme qui lui était très cher.  

«Arben était plus grand que nature. Il adorait sa femme, ses enfants, ses amis et le peuple Albanais.Il se faisait des amis partout où il allait. Preuve à l’appui, une soixantaine de personnes sont venus le visiter durant son hospitalisation. Le personnel se demandait s’il n’était pas un diplômate ou une vedette. Il installait des portes et fenêtres. Son histoire n’est pas unique, le cancer ne discrimine pas. Il s’attaque aux vieux comme aux jeunes, et cette scène tragique se vit à chaque jour, partout dans le monde.»  

Simon-Olivier Fecteau termine avec un message adressé directement à son beau-père, mais aussi à l'épouse et les filles de ce dernier, qui vivent actuellement des moments difficiles.  

«Aujourd’hui, je veux célébrer la vie d’un homme qui a-do-rait vivre. Tellement qu’il a quitté son pays natal, sa maison, son peuple, pour offrir une vie meilleure à sa famille en Grèce, car l’Albanie était en guerre. Mes pensées sont avec toi Arben. Et avec ta femme et tes filles qui viennent de perdre l’homme de leur vie. Maintenant, je vais apprendre à jouer aux dominos, promis.»  

Nous leur adressons toutes nos sympathies.

À lire aussi

Et encore plus