Une veuve de 27 ans obtient le droit de recueillir le sperme de son mari qui s’est enlevé la vie | Le Sac de chips
/unbelievable

Une veuve de 27 ans obtient le droit de recueillir le sperme de son mari qui s’est enlevé la vie

Image Jermimah Moylan

Jermimah Moylan rêvait depuis plusieurs années de fonder une famille avec son bien-aimé Sebastian.

Les amoureux s’étaient connus à l’école à 17 ans et avaient uni leur destinée en 2015. 

Le plan d’avoir un bébé en 2020 était en branle, et le couple avait même consulté un médecin et un naturopathe pour s’assurer que tout était bien en place, selon le Daily Mail

Mais le 14 août dernier, l’impensable est survenu. 

Sebastian s’est enlevé la vie. 

Image Jermimah Moylan

 

Évidemment, le choc est total pour la jeune femme, sa famille et la famille du mari décédé. 

Cependant, la nouvelle veuve ne laisse pas le deuil et la douleur contrecarrer ses plans de fonder une famille et d’avoir des enfants de Sebastian. 

Quelques heures à peine après avoir appris la terrible nouvelle, Jermimah prend la direction de la cour suprême de la Nouvelle-Galles-du-Sud, l’État de l’Australie où elle réside. 

En compagnie de ses avocats, elle travaille d’arrache-pied, et contre la montre, pour obtenir la permission de «recueillir» le sperme de son défunt mari. 

Une fois la demande soumise en bonne et due forme à la cour, elle est acceptée à la grande joie de la veuve éplorée. 

«Ça me fait fermer un chapitre et ça me donne une forme d’espoir de fonder une famille avec le seul homme avec qui j’aurais voulu en avoir une», a-t-elle raconté à FEMAIL, la rubrique du Daily Mail à l’intention des femmes. 

«Il aurait été un père incroyable, et son futur fils ou sa future fille saura à quel point son père est merveilleux, et il ou elle grandira comme s’il est toujours dans la maison», a-t-elle poursuivi avec un enthousiasme étonnant. 

Image Jermimah Moylan

 

En ce qui concerne la «récolte» du sperme du défunt, à proprement parler, un médecin a procédé le 15 août (soit le lendemain du décès), dans un hôpital de Sydney, à une chirurgie visant à en extraire un échantillon. 

Il devait le faire moins de 24 heures après le décès, ce qui explique pourquoi les procédures judiciaires ont dû être effectuées à la vitesse grand V. 

Toutefois, même si une bataille a été gagnée, la guerre, elle, ne l’est pas encore. 

La jeune Australienne a bel et bien obtenu le droit d’extraire le sperme de son défunt mari et de le stocker, mais pas encore celui de l’utiliser. 

Jermimah aura 10 ans pour gagner cette dernière bataille et pour faire usage du sperme par fécondation in vitro, avant qu’il n’expire. 

D’ici là, son frère jumeau Drew a lancé une page GoFundMe pour aider Jermimah dans son combat judiciaire, et pour récolter des dons servant à rembourser les frais des funérailles, les avocats et l’hypothèque sur la maison familiale. 

SI VOUS AVEZ BESOIN D’AIDE   

Ligne québécoise de prévention du suicide

aqps.info   

 1 866 APPELLE (277-3553)   

Jeunesse, J’écoute

jeunessejecoute.ca   

 1 800 668-6868   

Tel-Jeunes

teljeunes.com   

 1 800 263-2266 

Psst! Vous aimerez peut-être cette vidéo: 

 

Sur le même sujet

À lire aussi

Et encore plus