[PHOTOS] Elle ouvre la porte de sa maison à près de 100 chiens errants pour les protéger de l'ouragan Dorian | Le Sac de chips
/pets

[PHOTOS] Elle ouvre la porte de sa maison à près de 100 chiens errants pour les protéger de l'ouragan Dorian

Image principale de l'article Elle accueille près de 100 chiens errants
Facebook / Chella Phillips

Une dame des Bahamas inquiète pour la survie des chiens errants avec le passage de l’ouragan Dorian a décidé d’ouvrir la porte de sa maison de Nassau à près d’une centaine d’animaux.  

Chella Phillips ne pouvait concevoir que des dizaines de chiens errants allaient devoir affronter l’ouragan Dorian sans refuge, alors elle a accueilli chez elle 97 d’entre eux, dont 79 dans la chambre principale seulement.   

Dans une publication Facebook rédigée dimanche, Mme Phillips a décrit la situation. «C’est fou depuis la nuit dernière. Il y a des excréments et de l’urine en permanence, mais au moins les chiens respectent mon lit et aucun n’est grimpé», raconte-t-elle.   

«Nous ne sommes pas aussi infligés que d’autres îles et le plus triste, c’est que lorsque l’ouragan quittera les Bahamas, plusieurs îles prendront beaucoup de temps à s’en remettre. Chaque île est bondée de chiens errants et mon cœur est brisé en pensant à ceux qui ne pourront pas se protéger de l’ouragan de catégorie 5», poursuit-elle.   

  

  

  

À l’intérieur de sa maison, Mme Phillips explique que la climatisation fonctionnait à fond de train et que la musique résonnait.   

L’organisme Voiceless Dogs of Nassau, aux Bahamas, a indiqué au réseau CNN que Chella Phillips prenait soin d’environ 200 chiens par année presque sans aide.   

Dans une mise à jour publiée lundi, l’amoureuse des chiens a indiqué que sa maison avait été inondée, mais que tous les chiens étaient en sécurité.   

L'ouragan Dorian a ravagé l'archipel des Bahamas au cours des derniers jours et provoqué la mort d’au moins sept personnes, un bilan qui devrait s'alourdir a averti son premier ministre évoquant des «journées d'horreur» à venir.

À lire aussi

Et encore plus