Blink-182 fait dans la cruauté mentale avec son nouvel album | Le Sac de chips
/harddrive

Blink-182 fait dans la cruauté mentale avec son nouvel album

Trois ans après le quand même satisfaisant California – où le trio « adulescent » surprenait avec un album aussi mature que son public qui le suit depuis ses débuts –, Blink-182 déçoit incroyablement avec Nine, un disque plus pop que punk, plus opportuniste qu’essentiel.

Blink-182 - Nine

★ ½

Photo courtoisie

 

Soyons brefs

Quand on est fan du projet (j’en suis), il s’agit d’un album douloureux tant Mark Hoppus et ses potes se cassent la gueule.

Pour les autres mélomanes, Nine suscite moult questions et malaises.

Parmi ceux-ci, citons le clip pour le single – très oubliable – Darkside, où des hommes près de la cinquantaine jouent dans une école alors que des gamins font des danses de Fortnite (oui, oui) autour d’eux.

OK. Ce n’était pas si bref que ça, finalement. Poursuivons alors...

Exercice de style... manqué ?

Bien que j’ai l’habitude de saluer la prise de risque, Blink-182 « déroge » tellement de son genre de prédilection que Nine à l’effet d’un coup du lapin. Pis encore, le combo demeure cruellement en surface en privilégiant autant la pop du moment (inspirée, notamment, par la musique électro et le rap). Au risque de cumuler des courriels de haine au cours des prochains jours : le trio semble ici singer ces messieurs d’Imagine Dragons... et n’arrive pas à égaler ces derniers.

Ce qui est dommage, car Hoppus propose ici des textes foutrement sombres et personnels qui se seraient justement mieux prêtés à des guitares grinçantes et à un drum qui pèse une tonne.

À éviter. Zut.

Charli XCX - Charli

★★★ ½

Photo courtoisie

Pour la petite histoire : le matériel qui devait tout d’abord se retrouver sur ce troisième LP de la chanteuse pop a fuité sur la Toile. L’artiste a donc délaissé ce matériel pour créer ces nouvelles pièces, ma foi, percutantes. Déjà que Charli XCX enchaîne les succès critiques et commerciaux, l’autrice et interprète livre ici sa meilleure offrande à ce jour avec une compilation de hits allant autant dans les eighties fromagées que dans le vaporwave qui est (encore) tendance en ce moment. Merci à elle, donc, ainsi qu’à son pirate, j’imagine !

Alice Cooper - Breadcrumbs

★★ ½

Photo courtoisie

Tout d’abord, les fleurs : rendre hommage à sa ville natale – Detroit – avec une série de reprises d’hymnes locaux (et une chanson originale) est une bonne idée... surtout lorsqu’on s’accompagne de Détroitiens de circonstances, dont l’illustre Wayne Kramer de MC5. Puis, l’inévitable pot : c’est tellement convenu ! Plus qu’on pourrait le craindre, même. En gros, c’est du blues et du hard rock mou et prévisible. Mince consolation : Cooper et compagnie s’amusent et ça s’entend. Pour les fans purs et durs seulement.

Rachid Taha - Je suis Africain

★★★★ 

Photo courtoisie

Artiste plus grand que nature, Rachid Taha nous quittait en septembre 2018... pour revenir, en esprit et en musique, un an plus tard avec cet album posthume plein de fougue et d’âme. C’est connu, la critique y va souvent mollo lorsqu’elle évalue un LP post mortem, mais je vous jure que ce n’est pas le cas ici. Fidèle à l’image du monsieur, Je suis Africain est jouissif, bordélique, lascif, sans fard et sans retenue. Les endeuillés seront ravis. Les autres pourraient être hébétés, mais personne ne sera de glace face à ce projet. Merci et bye Rachid !

Coup de coeur 

 

Li'l Andy - All The Love Songs Lied To Us

★★★★ 

Photo courtoisie

Bien avant que les hipsters prennent le country en considération, ce natif de Wakefield, près de Gatineau, portait déjà le genre sur ces jeunes épaules. Une décennie plus tard, Li’l Andy pourrait toucher du bout du doigt le fameux grand public avec ce cinquième album qui – à ce jour – est le meilleur de sa discographie (très enviable de surcroît). Au programme : des histoires de filles, de ruptures, d’adultères, mais aussi d’amour et d’espoir. Des sujets universels (voire clichés dans le country), mais livrés admirablement par le cowboy et ses desperados. À écouter dans un bar trash, shooter de fort (ou d’eau) à la main.

À lire aussi

Et encore plus