Une compétition mondiale de pets annulée en Inde | Le Sac de chips
/unbelievable

Une compétition mondiale de pets annulée en Inde

Image principale de l'article Une compétition mondiale de pets annulée en Inde
Nomad_Soul - stock.adobe.com

La ville indienne de Surate dans la région du Gujurat n’a pu tenir comme prévu son premier tournoi de flatulence tant attendu.   

Ce qui devait être une première en Inde s’est avéré un lamentable échec. Pendant que des Montréalais couraient dans les rues pour le Marathon dimanche, d’autres «athlètes» s’apprêtaient à exécuter un autre genre de compétition plus ou moins sportive.   

Toutefois, l’India Today précise que plusieurs concurrents se seraient dégonflés, faisant en sorte qu’il ne restait que trois participants en fin de compte!   

Et dire qu’au départ, le concours avait tout de même réussi à attirer 60 concurrents bel et bien inscrits. De ces 60, seulement 20 se sont déplacés dimanche. Et de ces 20, seulement 3 ont finalement accepté de compétitionner.  

Par contre, peu de temps après, les trois mêmes n’ont pas voulu monter sur la scène pour péter. Ils étaient, eux aussi, trop timides pour s’adonner à leur «sport» en public.   

À la fin, aucun des trois péteurs (surnommé des «fartistes») n’a donc remporté les honneurs. Au lieu de leur remettre les trophées, les organisateurs ont préféré leur remettre des paniers avec des cadeaux divers. Ne serait-ce que parce qu’ils se sont déplacés.   

Si les participants se faisaient rares, les curieux venus voir les prouesses gazeuses des athlètes se chiffraient à 70 environ. Parmi eux, quelques journalistes et photographes venant couvrir le tout.   

À quoi ressemblaient les catégories de cette compétition? Le pet le plus long, le pet le plus fort et le pet le plus musical.   

Un des regrets de l’organisateur Yatin Sangoi est qu’il avait tout prévu pour faire de cet événement un réel succès : «on a même demandé à une entreprise un appareil spécial permettant de mesurer les paramètres des pets».   

Mais ça en prend davantage à M. Sangoi pour se décourager. Il compte bien reconduire l’événement à Mumbai. Pour contrer la timidité des exécutants, il a prévu installer des chambres spéciales pour qu’ils ne voient pas le public pendant les épreuves.  

Sinon, qui sait? Ce sera peut-être pour les Olympiques d’été en 2020.   

À lire aussi

Et encore plus