Un restaurant criblé de critiques pour avoir facturé 630 $ pour trois assiettes et une bouteille d’eau | Le Sac de chips
/unbelievable

Un restaurant criblé de critiques pour avoir facturé 630 $ pour trois assiettes et une bouteille d’eau

C'est ça qu'on appelle une grosse sortie...

Trouvez-vous que la poutine commence à coûter cher un peu? 

Si c’est le cas, vous voudrez probablement éviter ce restaurant de Rome qui essuie les critiques depuis plusieurs jours pour avoir demandé à une paire de clientes 630 $ (430 €) pour deux plats de pâtes, du poisson et une bouteille d’eau. 

Oui, vous avez bien lu! Et non, ce n’était pas une erreur de l’établissement italien... 

Une photo de la facture publiée sur Twitter par les deux voyageuses japonaises montre bel et bien l’immense somme qu’elles ont dû payer pour leur repas au Antico Caffè di Marte. 

Comment est-ce possible? 

En fait, en plus du pourboire ajouté à leur insu (et de façon assez libérale) sur la facture, l’assiette de fruits de mer serait à blâmer, avec un prix au gramme pas très avantageux... couplé à une portion, elle, beaucoup trop généreuse, note CNN

Bref, tout ça pour dire que les deux amies ne s’attendaient pas à payer un montant aussi salé. Elles auraient malgré tout accepté de régler la facture, mais tenaient à partager leur aventure sur les réseaux sociaux. 

Et apparemment, elles ne seraient pas les seules à s’être fait coincer par le restaurant. Une simple visite sur les pages Trip Advisor ou Google du modeste café permet de voir une poignée d’autres clients malchanceux. 

En entrevue avec le journal local Il Messaggero, le gérant du Antico Caffè di Marte, Giacomo Jin, aurait toutefois défendu sa carte de prix, soutenant que tout y était affiché clairement. 

En d’autres termes, ce dernier semble bien dormir la nuit malgré la controverse... et ses assiettes de la mer à plusieurs centaines d’euros. 

Rien à comprendre! 

Si ce n’est que le Sac de chips conseille fortement d’éviter l’endroit. C’est pour votre bien. 

Profitez-en, cette vidéo est gratuite: 

À lire aussi

Et encore plus