Un mandat d’arrestation pour une femme accusée d’avoir rapporté deux livres en retard à la bibliothèque | Le Sac de chips
/unbelievable

Un mandat d’arrestation pour une femme accusée d’avoir rapporté deux livres en retard à la bibliothèque

Image principale de l'article Un mandat d’arrestation pour deux livres en retard
Capture d'écran CBS

Peut-être que Melinda Sanders-Jones de Charlotte au Michigan n’avait tout simplement pas encore terminé la lecture des deux ouvrages.

Une mère de famille s’est vue lourdement réprimandée par la bibliothèque municipale de Charlotte au Michigan pour ne pas avoir rapporté deux bouquins empruntés il y a deux ans. 

Capture d'écran CBS

Les deux livres à l’origine du contentieux? Selon les informations recueillies par la chaîne CKYT, il s’agirait de Where the Sidewalk Ends de Shel Silverstein et La nuit d’Élie Wiesel.

Jamais la fautive n’aurait cru qu’un emprunt datant de 2017 pourrait lui attirer de tels soucis. 

La principale intéressée s’est montré dubitative quant à la démarche judiciaire entamée à son égard. 

«Je ne crois vraiment pas qu’il faut que j’aille en prison pour ces deux livres. Et je ne voulais absolument pas voler leur propriété», a-t-elle déploré. 

Elle ne se rappelait plus qu’elle avait toujours les deux livres en sa possession. C’est en allant faire des photocopies à la bibliothèque que le commis lui a rappelé son retard. Ce dernier a aussi ajouté que tant qu’elle ne les rapportait pas, il lui était interdit de photocopier ses documents. 

La mère de cinq enfants a donc appelé son conjoint sur le champ pour lui demander de vérifier sur l’étagère dans la chambre de leurs fils. Bingo! Les deux ouvrages s’y trouvaient comme prévu. 

Après avoir rapporté les deux livres en question, Sanders-Jones s’attendait à devoir payer une amende, tout simplement. 

Mais non! 

«Je n'avais aucune idée que des accusations criminelles seraient portées», a-t-elle commenté, exaspérée devant l’ampleur de cet oubli. 

Par l’entremise de sa patronne, elle a appris qu’un mandat d’arrestation avait été émis contre elle. En effectuant une vérification des antécédents de Sanders-Jones pour son éventuel promotion, sa supérieure a eu vent dudit mandat. 

Contactée par téléphone, la «fautive» ne pouvait s’arrêter de rire jusqu’à ce que sa patronne insiste en disant «Non. Je suis sérieuse.» 

En fait, la bibliothèque lui aurait fait parvenir de multiples avis de retard mais à son ancienne adresse. 

Cet imbroglio administratif a éprouvé la patience de Sanders-Jones qui a eu à subir une audience pour deux livres oubliés. 

Et ce n’est pas fini: sa prochaine date d’audience est jeudi prochain. 

Elle ne peut retourner au travail tant que le litige ne sera pas réglé. Heureusement, son employeur lui a garanti son poste quand cette saga sera terminée. 

Sa peine pourrait s’élever à 93 jours de prison en plus de devoir payer 500 dollars en caution. 

Cet incident aurait pris une tournure ironique si elle avait oublié de remettre Le procès de Kafka. 

À lire aussi

Et encore plus