«Jolin-barretter», le nouveau verbe des libéraux | Le Sac de chips
/zoneassnat

«Jolin-barretter», le nouveau verbe des libéraux

Pierre Arcand
Montage Mathieu Blanchet

Pierre Arcand

La langue française est maintenant plus riche grâce au chef intérimaire du Parti libéral du Québec.   

Pierre Arcand est le premier francophone à utiliser le verbe «jolin-barretter». Il l’a fait jeudi, au Salon bleu, lors de la période de questions.     

Définition        

  • jolin-barretter (verbe transitif)   

Inventé par le Parti libéral du Québec.   

Référence au cafouillage du ministre de l’Immigration, Simon Jolin-Barrette, avec sa réforme sur le Programme de l’expérience québécoise (PEQ). Possible de l’adapter à d’autres situations pour souligner le manque de rigueur de quelque chose.   

Exemple : «[les ministres] ont tous peur de jolin-barretter leur réforme» — Pierre Arcand, 2019.  

 

s

 

La suite    

Bien entendu, le principal intéressé n’a pas apprécié cette petite mention spéciale.     

«Je pense que ça réfère à mon nom. Je ne pense pas que c’est permis de faire ça. Je pense que le chef de l’opposition officielle a beaucoup plus de classe qu’il le laisse entendre aujourd’hui», a déclaré le ministre de l’Immigration.     

Le leader parlementaire du Parti libéral, Marc Tanguay, a fait une suggestion au président de l’Assemblée nationale, François Paradis, afin que le verbe «jolin-barretter»ne soit jamais oublié.     

«Je vous (François Paradis) invite à modifier notre lexique, dont on a parlé hier, et à l’ajouter (le verbe) comme un terme antiparlementaire et une insulte», a-t-il indiqué.     

Simon Jolin-Barrette a par la suite rappelé qu’il portait le même nom de famille que Gaétan Barrette et que ce verbe était blessant pour lui également.     

«Bien, M. le Président, un mot de solidarité avec le député de La Pinière, qui porte le même nom que moi. Alors, lorsque son chef s’attaque à moi sur mon nom, il s’attaque au député de La Pinière», a-t-il affirmé.     

À suivre!  

À lire aussi

Et encore plus