Je suis allée à l’école de sorcellerie de Montréal et j’ai fini avec un serpent autour du cou | Le Sac de chips
/unbelievable

Je suis allée à l’école de sorcellerie de Montréal et j’ai fini avec un serpent autour du cou

Image principale de l'article Je suis allée à l’école de sorcellerie de Montréal

* Tout s’est bien passé avec le serpent. Ne vous inquiétez pas. Nous y reviendrons. Mais commençons par le commencement.  

Quand j’ai eu 11 ans, aucun hibou weird n’a tenté agressivement de me livrer une lettre d’admission à Poudlard (triste vie). Plusieurs années plus tard, je me suis donc tournée vers la seule solution de rechange possible: me faire inviter à l’Institut de sorcellerie de Montréal.         

Ça a fonctionné et ça se passait samedi.    

• À lire: Une école de sorcellerie ouvrira ses portes à Montréal en novembre, alors préparez vos baguettes!  

Voici donc le résumé de mon passage chez les (genre de) magiciens.        

ALOHOMORA!        

Que s’ouvrent les portes de l’école de sorcellerie! (Pardon)        

Admettons que vous tripez sur Harry Potter, mais que vous n’êtes jamais allé au Royaume-Uni, l’Institut Osvalt (c’est le nom qui remplace Poudlard) est là pour vous, pour une journée seulement. Osvalt, c'est un concept de Elaine Huot, qui est derrière la compagnie Elika. La femme a tout imaginé, les costumes, les cours, les décors, etc.      


  

Les fans de Harry, Ron, Hermione et de tous les autres personnages moins importants étaient donc conviés au salon Richmond, une superbe église reconvertie en salle privée dans Griffintown.    

  

Un lieu parfait pour recréer la grande salle de Poudlard-pas-Poudlard. Bon, les chandelles ne flottaient pas au plafond, mais pour vrai, ce n’est sûrement pas l’idée du siècle des chandelles qui flottent. La cire doit tomber sur la tête des gens et ça doit être compliqué à décoller du plancher.         

Bref. Plusieurs centaines de Québécois enthousiastes ont envahi les lieux. Des familles, mais aussi quelques gangs de 20-30 ans enterrées sous beaucoup de produits dérivés du petit magicien balafré (j’ai vu beaucoup de capes).       

  

J’ai même croisé une trentenaire déguisée des pieds à la tête en Harry Potter. «Je pensais que le costume était obligatoire», m’a-t-elle confié. LOL.        

Pour ma part, je portais un chandail du Sac de chips jaune-orange-or probablement visible depuis Azkaban. Pas super undercover, mettons.        

Du théâtre        

La journée a commencé dans la grande salle, comme un vrai début d’année à Poudlard.      

  

Nous devions choisir une des cinq maisons (question de droits d’auteur, les noms de l’univers Harry Potter avaient bien sûr été modifiés). Pour ceux que ça intéresse, j’ai choisi Saloise parce que j’ai décidé que ça ressemblait à Serdaigle (la meilleure maison).      

  

Les professeurs, la directrice et la déléguée du Ministère de la sorcellerie ont livré leur discours d’accueil dans ce qui avait tout l’air d'un théâtre d’été en plein novembre devant une foule déjà conquise.        

  

Plein de cours et des enfants émerveillés        

La journée s’est poursuivie avec des cours interactifs. Je n’étais pas enthousiaste d’aller à l’école un samedi, mais ça s’est bien passé.         

Durant le cours de divination, chaque table avait sa propre tasse et nous nous sommes exercés à la lecture des restes de thé collé dans le fond. Durant le cours de sortilèges, la mise en scène nous faisait défier une valise qui produisait des sons effrayants et des bulles dans une réplique quasi parfaite du cours de défense contre les forces du mal avec Lupin et un épouvantard. Les enfants ont d’ailleurs particulièrement apprécié leur expérience.        

  

Il y a eu un cours de botanique et un cours de potions dans lesquels tout s’est bien passé. Voici des photos.        

  

  

Le prof de potions

  

Puis, des animaux louches (on arrive au serpent)        

Coup de théâtre, la journée d’école s’est terminée avec un cours de soin des créatures «fabuleuses». Comme il y avait un serpent et une tarentule, je suis restée dans le fond de la classe. Ce n’est peut-être pas magique comme créature, mais c’est épeurant.         

  

À la fin du cours cependant, on a été invité à venir tâter les animaux et je me suis rappelé que j’étais là pour le travail.         

On m’a donc déposé le serpent autour du cou le temps de prendre une photo. Alors j’ai répété «Sia has sieth» dans ma tête, mais il ne s’est rien passé de toute façon parce que les serpents dressés n’attaquent pas les humains. Voici une photo que je chérirai longtemps:  

  

OUF. UNE VRAIE SERPENTARD!   

Malgré la cadence un peu trop rapide de l’événement, les organisateurs, comédiens et bénévoles ont réussi à recréer l’univers imaginé par J. K. Rowling. Un tour de force, considérant qu’ils ne pouvaient utiliser les noms ni les personnages des romans Harry Potter.    

Mention spéciale aux décors.   

Voir cette publication sur Instagram

#cours #divination #osvalt #ecoledesorcelerie

Une publication partagée par 'Lex (@moonlightshapiness) le

  

Les participants à qui j’ai parlé étaient tout sourire avant de se diriger vers le métro pour un retour à la maison comme des vulgaires moldus.        

Voilà. Merci de m’avoir suivie dans mes péripéties et bonne journée à tous.        

P.S. Les organisateurs m'ont confié qu'une autre journée était dans les plans pour 2020, et peut-être même qu'une future édition pourrait se dérouler dans la capitale la prochaine fois. À suivre donc.      

Sur le même sujet

À lire aussi

Et encore plus