Un gars crée un site de rencontre où il est le seul homme disponible et c’est un héros | Le Sac de chips
/unbelievable

Un gars crée un site de rencontre où il est le seul homme disponible et c’est un héros

Image principale de l'article Une app de rencontre où il est le seul gars

Vient-on de découvrir un génie?  

L’américain Aaron Smith a créé une application pour les femmes hétéros célibataires tannées de swiper des quidams sans véritable résultat et, surtout, sans véritable amour (Snif!).    

• À lire aussi: J’ai cherché l’amour parmi les supporteurs de Trump et...  

Singularity (Singularité, pour les moins bilingues) est une application de rencontre où le seul match disponible est... Aaron.    

  

L’app fonctionne un peu comme Tinder (Et Bumble... Et Match.com... Et Plenty of fish... Et l’option double take de Ok Cupid...), mais en vraiment plus simple. On swipe à gauche pour dire non à Aaron et à droite pour dire oui à Aaron. N’ayez pas peur si vous vous trompez, il y a en masse d’Aaron pour se reprendre. Il y a même un équivalent du Super Like sous la forme d’un canard, et ça, ça nous en bouche un coin. (LOL)   

  

Il y a aussi une option «trou noir» qui ne fait que lancer un cri de désespoir pour quand on réalise l’absurdité de la vie.    

Aaron a même réalisé une publicité pour son application.    

  

Si jamais Aaron n’est pas votre genre, nous avons aussi trouvé Shahan, un trentenaire anglais, qui s’est créé un site web pour chercher l’amour. À voir ici.  

  

  

Même s’il paraît plus sérieux qu’Aaron dans sa démarche, il semble doté d’un sens de l’humour affiné.    

Mais il ne bat pas le beau Aaron.   

Regardons à nouveau Aaron.   

  

Est-ce que l’auteure de ces lignes est déjà en amour avec Aaron et a écrit cet article seulement pour qu’il la remarque? Peut-être! Mais elle vous invite quand même à visiter l’application vous-même. (Ne fonctionne que sur un téléphone intelligent) www.singularitydating.com   

Aaron, si tu lis le français et ces lignes.... Allô (ˆˆ)   

Sur le même sujet

À lire aussi

Et encore plus