La ministre Nathalie Roy répond à la vidéo virale de Catherine Dorion | Le Sac de chips
/zoneassnat

La ministre Nathalie Roy répond à la vidéo virale de Catherine Dorion

Image principale de l'article La ministre Nathalie Roy répond à Catherine Dorion

La députée de Québec solidaire Catherine Dorion était partout sur Facebook cette semaine.

Dans une vidéo virale comptabilisant plus d’un million de visionnements, Catherine Dorion a analysé sa propre interpellation du 15 novembre dernier et dénonçait le fait que la ministre de la Culture et des Communications, Nathalie Roy, n’avait pas répondu à sa question en deux heures d’échanges.   

Elle dénonçait du même coup cette culture d’éviter les débats à l’Assemblée nationale.  

«Ma question est assez précise, c’est super simple : L’argent, pour sauver les médias écrits, qui a été annoncé il y a quelque temps, est-ce qu’il va servir à financer l’information et le travail des journalistes et les travailleurs d’information, ou est-ce qu’il va servir aussi à financer le salaire des personnes qui n’en ont absolument pas besoin ? Les chroniqueurs, dont beaucoup font déjà bien en masse d’argent, et qui contribuent à prendre les ressources des médias d’information pour les amener ailleurs. Donc là, je demande à la ministre qu’elle explique précisément, là, j’aimerais ça avoir une vraie réponse, pourquoi elle est prête à donner de l’argent des contribuables pour subventionner l’opinion, qu’elle explique ça. Pourquoi est-ce que l’argent des contribuables va aller à subventionner l’opinion?», avait-elle affirmé au Salon bleu.  

Vendredi, la ministre a publié une vidéo dans laquelle elle juge répondre à la question de Catherine Dorion.  

«Voici deux extraits en réponse à la question de la députée de Taschereau au sujet des chroniqueurs et de l’aide gouvernementale aux médias; extraits que la députée a omis d’inclure à son montage vidéo», a-t-elle écrit.  

Voici un extrait de ce que Mme Roy a répondu à Catherine Dorion : 

«La collègue nous parle des chroniqueurs et nous dit qu’il ne faudrait pas que les chroniqueurs soient payés. Ça me fait un petit peu sourire quand on connaît le passé de notre collègue de Taschereau, qui a été chroniqueuse pour Le Journal de Québec, pour L’Actualité, pour Le Carrefour de Québec [...] Alors, Mme la députée, vous étiez bien heureuse d’être payée pour les chroniques que vous faisiez. Par ailleurs, vous dénoncez les chroniqueurs, vous dites : les gens sont écœurés. Êtes-vous en train de nous dire que les gens seraient écœurés de vous entendre si vous faisiez encore de la chronique ? Et êtes-vous de celles qui seront à la fois juges du bon goût et nous dire quelles sont les bonnes chroniques et quelles sont les chroniques que nous ne devrions pas écouter ? Parce que, pour ma part, Mme la députée, j’aime bien écouter vos chroniques et des chroniques de tout chroniqueur, parce que je considère que les chroniques font partie également de la liberté d’expression. Et, lors de mon entrée en matière, Mme la Présidente, au début de ces deux heures, je disais que c’est agréable de pouvoir être ici et de débattre, parce que nous vivons dans une démocratie où il y a des piliers fondamentaux, c’est-à-dire l’information, le droit de l’information et également la liberté d’expression. Et, même si nous ne sommes pas d’accord et même si je ne suis pas d’accord avec les chroniqueurs, pour moi, la chronique fait aussi partie de la liberté d’expression et à certains égards de l’information.» 

 

 

À lire aussi

Et encore plus