Elle veut s’envoyer en l’air avec plusieurs passagers de l’avion: aucun n’accepte, elle pète sa coche et se retrouve en prison | Le Sac de chips
/unbelievable

Elle veut s’envoyer en l’air avec plusieurs passagers de l’avion: aucun n’accepte, elle pète sa coche et se retrouve en prison

Une jeune Anglaise un peu trop sur la brosse s’est désorganisée en plein vol quand plusieurs hommes différents ont tour à tour refusé de joindre le «Mile High Club» en sa moyennement agréable compagnie.

Demi Burton est une jeune femme de 20 ans normale.

Habitant la grande région de Manchester en Angleterre, elle s’était envolée pour 3 mois en Australie, pour visiter de la famille.

Mais voilà, appréhendant le long vol de retour, elle a eu la mauvaise idée de saouler avant de partir.

La suite, vous la connaissez, puisque vous avez déjà lu le titre de cet article: à bord de son vol Etihad en partance d’Abu Dhabi à destination de sa ville natale, elle a fait des propositions sexuelles indécentes à des passagers masculins, qui les ont refusées.

Frustrée, la voyageuse enivrée a alors attaqué des membres de l’équipage, donnant des coups de pieds et des coups de têtes à certains d’entre eux, et mordant même un autre passager.

À la suite de ces gestes, elle vient d’être condamnée à six mois de détention, après avoir plaidé coupable à un chef d’accusation pour avoir été en état d’ébriété à bord d’un aéronef et à cinq chefs d’accusation pour voies de faits.

Revenons un peu sur les détails de cette histoire rocambolesque, gracieuseté du Mirror ...

C’est le 9 mai 2019 que Demi Burton a pris le vol EY21 en direction de Manchester, à partir des Émirats Arabes Unis.

Pour apaiser sa peur de l’avion, elle aurait bu de l’alcool avant même de monter à bord.

La procureure de la Couronne Miss Claire Brocklebank a raconté la suite en cour: «Il appert que la défendante était déjà ivre avant de prendre son vol et qu’elle a commencé à faire un certain nombre de commentaires sexuels inappropriés à des passagers de ce vol.»

«Deux, en particulier, se souviennent d’avoir entendu des commentaires qu’ils ont d’abord pris en riant, mais les choses sont devenues plus en plus inappropriées, jusqu’à ce qu’elle leur propose de joindre le “mile high club” (NDLR: le club réservé aux gens qui ont fait l’amour en avion).»

«Les deux ont tenté de mettre fin à la conversation, mais elle a poursuivi. Un d’entre eux s’est dit choqué par ses commentaires et a indiqué que les passagers dans les alentours commençaient à réclamer un peu de silence de sa part.»

«Elle aurait alors commencé à insulter des passagers et à leur crier après. Un de ceux-là, un médecin, aurait demandé au personnel de bord d’arrêter de servir de l’alcool à la défendante.»

«Celle-ci se serait alors approchée pour demander deux verres de vin rouge, ce qui lui a été refusé. Mais elle serait ensuite allée voir une autre agente de bord qui n’avait pas reçu la directive et elle aurait reçu le vin.»

«Dix minutes plus tard, elle en redemandait encore, et elle criait, et la décision a été prise de ne plus servir d’alcool à cette passagère.»

«Elle s’est alors approchée à nouveau pour avoir du vin, en disant n’avoir bu que ce qui était nécessaire pour ne pas souffrir d’attaques de panique.»

«Informée de la décision de plus être ravitaillée en alcool, elle a demandé à voir le pilote directement en disant: “Vous êtes aussi bien de faire atterrir l’avion dès maintenant, alors”.»

«Des tentatives pour la calmer ont été effectuées, mais elle s’est levée sur son siège et a brandi son poing de façon menaçante en direction d’un membre de l’équipage.»

«La décision de la restreindre physiquement a été prise, mais le personnel de bord a dû être aidé de six passagers pour arriver à la maîtriser.»

«Tout au long du processus, elle se débattait et criait, et ce n’est qu’après de longues minutes que des contentions de plastique ont pu lui être passées aux poignets.»

«Elle a ensuite donné des coups de tête et a ensuite tenté de mordre d’autres passagers, en plus d’en traiter d’autres de racistes et d’en insulter.»

«Après plusieurs heures à être difficile et à se comporter de manière abusive, elle s’est enfin fatiguée.»

L’avocat de la défense Martin Callery a quant à lui plaidé que sa cliente venait d’une famille très contrôlante et que l’appréhension de retrouver cet environnement après trois mois d’absence l’angoissait beaucoup, ce qui expliquerait sa consommation abusive d’alcool.

«Elle a très honte de ce qu’elle a fait et elle éprouve des remords. Elle est vraiment embarrassée de la manière dont elle s’est comportée. Ce n’est pas elle du tout», a argué l’avocat de Burton.

Il a demandé au juge d’être clément et d’épargner une peine de prison à sa jeune cliente.

Mais le juge John Edwards avait une autre opinion de la chose.

«Le bon ordre lors des vols, en particulier les plus longs, est essentiel et ceux qui se comportent de façon aussi grossière mettent cela en danger.»

«J’ai bien peur de devoir sévir contre vous de façon à en dissuader d’autres. [...] Votre comportement était déplaisant, violent et persistant sur une longue durée. Tellement qu’un médecin, un anesthésiste, n’avait jamais vu un tel comportement agressif.»

«Cette situation est trop sérieuse pour être traitée autrement que par une incarcération immédiate», a déclaré l’homme de loi, envoyant la jeune femme à l’ombre pour six mois.

À voir aussi sur le Sac de Chips:

s

Sur le même sujet

À lire aussi

Et encore plus