Les Penguins de Pittsburgh vont organiser une «Soirée de la langue française» | Le Sac de chips
/unbelievable

Les Penguins de Pittsburgh vont organiser une «Soirée de la langue française»

Image principale de l'article Une «Soirée de la langue française» à Pittsburgh

L’équipe de Mario Lemieux profitera de la présence du Canadien de Montréal, le 14 février prochain, pour tenir une soirée où le français sera à l’honneur.  

Les Penguins de Pittsburgh ont annoncé aujourd’hui qu’ils présenteront la «Soirée de la langue française», en collaboration avec l’application d’apprentissage de langues Duolingo, lors de leur prochaine partie contre le Tricolore au PPG Paints Arena.  

Dans le cadre de cet événement, Maxime Talbot, qui avait remporté la coupe Stanley avec les Penguins en 2009, agira à titre d’«Ambassadeur de la Soirée de la langue française» et jouera un rôle clé dans la présentation bilingue de la soirée, une première évidemment à Pittsburgh.

Talbot se joindra à l’annonceur-maison Ryan Mill et devrait faire plusieurs annonces en français lors du match.

«Les Penguins ont toujours eu une grande tradition canadienne-française grâce à nos joueurs et nous sommes excités de travailler avec Duolingo pour cette initiative bilingue unique lors de la partie de vendredi prochain contre Montréal», a déclaré Terry Kalna, le vice-président senior aux ventes de l’équipe de la Pennsylvanie.

«C’est une belle façon de souligner notre partenariat avec une grande entreprise de Pittsburgh, Duolingo, et de saluer l’impact que la langue française a eu sur notre équipe et notre sport», a-t-il ajouté.  

En plus des annonces faites par Talbot, les spectateurs présents à cette partie devraient entendre du français lorsque le défenseur Kristopher Letang rappellera les règles de sécurité de l’aréna au tableau indicateur, lorsque les placiers salueront les partisans et lorsque des buts seront marqués.

Le Sac de Chips salue cette belle initiative.  

Et le Sac de Chips salue aussi ces belles moustaches!  

s " />

Sur le même sujet

À lire aussi

Et encore plus