Un garçon de 12 ans laisse son chien à un refuge pour animaux avec une lettre déchirante | Le Sac de chips
/pets

Un garçon de 12 ans laisse son chien à un refuge pour animaux avec une lettre déchirante

Image principale de l'article Père violent: un ado laisse son chien à un refuge
Facebook Xollin

Il y a quelques jours, le refuge pour animaux Xollin dans l’État mexicain de Michoacan a fait une découverte étonnante sur son porche. 

Dans une boîte de carton tout ce qu’il y a de plus ordinaire, les employés du refuge ont trouvé un chien, un pitbull, qui était accompagné d’une note. 

• À lire aussi: Ce chien qui prend l’autobus seul pour aller au parc est plus brillant que la majorité des humains 

Cette note, émouvante à souhait, avait été écrite par un garçon de 12 ans qui se sentait obligé de se départir de son chien pour éviter que ce dernier se fasse battre par son père. 

 

Sur Facebook, les images du chien, de la boîte et de la lettre ont fait sensation. 

Ce qu’avait à dire le jeune Andrés, 12 ans, a particulièrement ému les internautes. 

Image Facbook Xollin

 

La lettre de l’ado se lit comme suit: 

« Je m'appelle Andrés et j'ai 12 ans. Ma mère et moi avons décidé de laisser mon chien entre vos mains, le cachant à mon père parce qu'il songe à le vendre. Mais il le maltraite et le frappe. Un jour, il l'a frappé si fort qu'il s'est blessé à la queue. J'espère que vous pourrez l'aider et prendre soin de lui. Je lui ai laissé un animal en peluche pour qu'il ne m'oublie pas». 

Dans une autre publication, quelques jours plus tard, Xollin a expliqué qu’après avoir été examiné par un vétérinaire, le chiot avait bel et bien la queue fracturée. 

• À lire aussi: Un cycliste trouve un chien déshydraté sur le bord de la route et le transporte sur ses épaules 

De plus, il avait des parasites. 

 

Cela n’a toutefois pas empêché des centaines d’internautes de témoigner de l’affection envers le chien, qui a été surnommé René. 

Xollin cherche donc désormais une nouvelle famille à René, mais aussi aux 120 autres animaux qu’il héberge actuellement. 

Être René, on montrerait les dents: 

s



 

Sur le même sujet

À lire aussi

Et encore plus