Debbie Tebbs sait bien s’entourer sur Polychrome | Le Sac de chips
/harddrive

Debbie Tebbs sait bien s’entourer sur Polychrome

En 2018, l’artiste électro locale Debbie Tebbs proposait Chrome, un album qui — à l’image de son titre — était percutant et même un brin eighties. Deux ans plus tard, l’autrice-compositrice-interprète revisite l’œuvre en bonne compagnie sur ce LP chorale où plusieurs de ses congénères remâchent, remixent, voire enjolivent les pièces originales.  

Debbie Tebbs 

Photo courtoisie

★★★½ 

Polychrome 

AVEC UN PEU D’AIDE DE MES AMIS 

Si certaines réinterprétations sont plus subtiles —Dans les voiles, son duo avec Jacobus sous les doigts d’Unpier ici, vient en tête —, d’autres chansons sont carrément réinventées (Fantôme, qui lance la compilation sous l’œil avisé de Loukas, devient plus planante). D’où le titre, évidemment. Debbie Tebbs et ses frères d’armes injectent de nouvelles teintes à Chrome

Parmi ceux-ci, soulignons également la présence de Champion — qui offre une relecture très club de Rubicube — ainsi que l’apparition du chanteur et DJ Stefie Shock qui s’amuse ferme avec sa version rock de Pastel.  

Plus étonnant, encore : Polychrome demeure une œuvre homogène. Un petit exploit en soi. Ainsi, les pièces — bien que produites par plusieurs créateurs aux parcours particuliers — s’enchaînent bien sous la houlette de Debbie Tebbs.  

Évidemment, pour les mélomanes déjà abonnés à la discographie de l’artiste, cette nouvelle parution n’a pas l’effet de surprise de sa version originale, mais l’accompagne à merveille. Ses fans s’amuseront sûrement à comparer les différentes versions. 

Mieux encore, Polychrome s’apprécie également sans les références et demeure facile d’approche pour les dilettantes d’électro (dont moi). 

Du bon boulot, bref ! 

Binette 

Photo courtoisie

★★★ 

Cours, Binette ! Cours ! 

Depuis 20 ans, Binette roule sa bosse et livre finalement un premier album confondant. Il faut dire que le nom du projet et le titre coiffant l’œuvre font plus « musique pour enfants » (mes excuses, mais t’sais) que « rock qui pourrait plaire aux fans de Dany Placard et de Fred Fortin ». D’où l’étonnement dès la première écoute. Sans réinventer le genre, Binette — fort de son expérience s’étalant sur deux décennies — convainc avec cette première parution à la proposition aussi bien cernée qu’affirmée.  

Alex Nicol 

Photo courtoisie

★★★½ 

All For Nada 

Musicien montréalais qui s’est tout d’abord fait connaître au sein de la formation Hoan, Alex Nicol se lance en solo avec un album indie rock en phase avec son époque. À mi-chemin entre les ténèbres de Timber Timbre et la légèreté de Jay-Jay Johanson, Nicol opte pour une direction musicale nostalgique, romantique et éthérée qui n’est pas sans rappeler celles d’Orville Peck et de Mac DeMarco, notamment. Une œuvre sage, donc, mais bien foutue, surtout. 

Foisy 

Photo courtoisie

★★★½ 

Mémoires 

L’artiste folk local frappe fort en livrant Mémoires, un premier album qui pourrait bien être la trame sonore idéale pour le spleen de mars. Sous la direction d’Antoine Corriveau, Foisy propose un disque au folk aussi lancinant qu’ambitieux. Parmi ses collaborateurs, on y retrouve notamment Salomé Leclerc à la batterie ainsi que Pietro Amato (Torngat, Arcade Fire, etc.) aux cuivres. En résulte un véritable exercice de retenue qui capte l’intérêt du mélomane d’un bout à l’autre. À écouter avec une oreille attentive... et une boîte de mouchoirs pas trop loin.   

Coup de coeur 

OLIVIER BÉLISLE 

Photo courtoisie

★★★★ 

Broderie 

Auteur-compositeur-interprète folk également aperçu au sein de la confrérie Canailles, Olivier Bélisle propose un deuxième album solo craquant. Bien que la production de Broderie est plus relevée que celle d’Une fois par jamais (2016), Bélisle demeure un habile adepte du dosage et de la simplicité volontaire. Les fans de Canailles, bien sûr, vont apprécier, tout comme celles et ceux qui en pincent pour Avec pas d’casque ou encore les inclinaisons bluesy de Bernard Adamus). Aussi à souligner : la qualité de ses textes. À écouter, pardi ! 

 

 

À lire aussi

Et encore plus