Ce masque biodégradable est fait de cellulose | Le Sac de chips
/unbelievable

Ce masque biodégradable est fait de cellulose

Image principale de l'article Ce masque biodégradable est fait de cellulose
Image Sum Studio ( Elizabeth Bridges et Garrett Benisch)

Selon les plus récentes recommandations du gouvernement Legault, le port du masque de protection est désormais un must.

• À lire aussi: [QUIZ] À quels politiciens appartiennent ces masques?

Les Québécois, comme les autres humains, sont à la recherche du meilleur masque: le plus efficace, le moins cher, le plus beau, le moins polluant, le plus confortable, le plus toute!

Au moins, dans la catégorie «le moins polluant», on semble avoir une bonne piste pour déterminer un gagnant.

• À lire aussi: Voici comment faire un masque avec un vieux bas en 2 minutes

Ce masque conçu par les designers américains Elizabeth Bridges et Garrett Benisch a beau être étrange (limite épeurant), il est 100% biodégradable.

Image Sum Studio ( Elizabeth Bridges et Garrett Benisch)

Les deux designers de Sum Studio ont utilisé une cellulose bactérienne qui procurerait, selon eux, une protection égale ou meilleure au fameux masque N95.

Image Sum Studio ( Elizabeth Bridges et Garrett Benisch)


C’est une bactérie, la Komagataeibacter xylinus, qui est responsable de la création de la fine membrane grâce à son processus de reproduction sur la surface du liquide qu’elle habite.

Image Sum Studio ( Elizabeth Bridges et Garrett Benisch)

• À lire aussi: 13 masques lavables faits au Québec à commander pour avoir du style malgré tout

Une fois la membrane tissée, elle peut être récoltée et séchée pour être travaillée par la suite.

Image Sum Studio ( Elizabeth Bridges et Garrett Benisch)


Le matériel qui en résulte est à la fois flexible et résistant, tout en ayant l’aptitude de se biodégrader facilement.

On peut également l’enduire d’huile ou d’autres ingrédients naturels pour l’imperméabiliser et lui offrir une douceur semblable à celle d’un cuir mince.

Image Sum Studio ( Elizabeth Bridges et Garrett Benisch)

Seul petit problème: le processus pour en arriver là est long. On parle d’environ deux semaines.

Difficile, donc d’en produire à grande échelle. Néanmoins, ce matériel pourrait être «cultivé» un peu partout, dans les maisons et les hôpitaux où ils seraient utilisés.


À voir aussi sur le Sac de Chips:


Sur le même sujet

À lire aussi

Et encore plus