Une journaliste anglophone fait un commentaire douteux sur le drapeau des Patriotes et «s’excuse» | Le Sac de chips
/unbelievable

Une journaliste anglophone fait un commentaire douteux sur le drapeau des Patriotes et «s’excuse»

Ce texte s’inscrit au catalogue du «Centre d’observation du Québec-Bashing», présenté par Le sac de chips.

Alors qu’elle couvrait la grande manifestation contre le racisme et la brutalité policière qui a eu lieu dimanche soir à Montréal, une journaliste anglophone a fait un commentaire douteux sur Twitter.

Elizabeth Zogalis, reporter à CJAD, a publié une photo d’un homme noir en train d’avoir une discussion avec un homme blanc qui brandissait le drapeau des Patriotes.

«Je n’ai pas été capable d’entendre leur conversation, mais ça devait être intéressant... pour ceux qui ne seraient pas au courant; brandir ce drapeau au Québec est l’équivalent de brandir le drapeau confédéré au sud de la frontière.»

Le tweet en question a depuis été supprimé, mais comme on dit, une capture d’écran est si vite arrivée.

Lundi matin, la journaliste à CJAD s’est «excusée» pour sa frasque de la veille.

«Hier soir, alors que je couvrais la manifestation au centre-ville de Montréal, j’ai fait un tweet comparant le drapeau que tenait un manifestant à un drapeau de la confédération. En tant que journaliste couvrant un évènement, j’aurais dû m’abstenir de commentaire. J’ai effacé le tweet et je m’excuse.»

Toujours en omettant de nommer les patriotes, Zogalis s’est donc excusée d’avoir émis son opinion, mais pas de la nature de son propos.

Plusieurs ont réagi aux commentaires de Zogalis, dont l’aspirant-chef du PQ, PSPP.

Rappelons que cette année, pour la première fois, la mairesse de Montréal, Valérie Plante a choisi de faire voler le drapeau des Patriotes au-dessus de l’hôtel de ville durant la fête que Mme Zogalis appelle sûrement «Victoria Day».

On a évidemment d’autres commentaires à dire sur la situation, mais en tant que journalistes, on ne voudrait pas avoir à s’excuser demain.

Aussi sur le Sac:

s

Sur le même sujet

À lire aussi

Et encore plus