Les fois où Maripier Morin et Pier-Luc Funk ont eu l'air le plus fou | Le Sac de chips
/potins

Les fois où Maripier Morin et Pier-Luc Funk ont eu l'air le plus fou

Image principale de l'article Maripier Morin et Pier-Luc Funk ont eu l'air fou

Ah! Il en faut, de l’humilité, pour raconter «la fois où j’ai eu l’air le plus fou»! Heureusement, ce genre de malaise nous est tous arrivé au moins une fois dans notre vie. Dans la plus récente édition du magazine Croc, actuellement en kiosque, Maripier Morin et Pier-Luc Funk ont accepté de nous raconter le tout... Saluons leur courage!

• À lire aussi: Retour dans le temps: 15 couvertures du 7 Jours qui ont fait jaser en 1997

• À lire aussi: 40e anniversaire du magazine Croc : 15 choses que vous ne saviez (peut-être) pas

Maripier Morin

Photo Agence QMI, Joël Lemay

«J’étais dans un événement pour Revlon, un genre de rencontre avec des représentants de pharmacies. Je posais avec les gens présents. Environ une centaine de personnes faisaient la file pour se faire photographier, et ça allait vraiment très vite. À un moment donné, une madame s’est présentée, et j’ai vu son ventre en premier. J’étais toute contente, et j’ai mis ma main sur son ventre; puis comme j’allais la féliciter, j’ai levé la tête et regardé son visage. Elle devait avoir autour de 55 ans!!! Et j’ai alors réalisé qu’elle n’était pas du tout enceinte. Je me revois encore lui dire : «Oh, tu es en... forme!» J’avais l’air complètement folle. Mais le pire, c’est que je n’ai jamais enlevé ma main. Sur la photo qui nous montre ensemble, je tiens son bas-ventre. J’étais tellement mal, je voulais perdre connaissance. J’ai pris deux minutes de pause après ça. Maintenant, je suis très prudente quand je rencontre les gens.»

• À lire aussi: Voici ce qui faisait rire le Québec il y a 25 ans: on a épluché un vieux Safarir pour vous

Pier-Luc Funk

TOMA ICZKOVITS/AGENCE QMI

«Durant l’émission SNL Québec, je devais faire un sketch avec Antoine Bertrand durant lequel il devait me craquer le cou, puis j’étais censé mourir. Je devais être allongé sur une table de massage avant que quelqu’un cogne à la porte et qu’Antoine aille ouvrir. Le soir de l’émission, qui était diffusée en direct, quelqu’un a cogné à la porte et, au lieu d’aller ouvrir, Antoine a simplement dit: «Un instant.» Je me suis fait la réflexion que ce n’était pas dans le texte. Il s’est alors mis à me masser en pleurant, il a même essayé de me mettre des doigts dans le cul, mais j’essayais de ne pas réagir pour rester dans mon personnage. J’étais censé être mort dans le sketch. Il allait de plus en plus loin, il m’a reviré de bord, il m’a ensuite fait du bouche-à-bouche en mettant sa langue dans ma gorge. On était toujours en direct à la télé. Il a ensuite essayé de m’enlever mes boxers, et là, j’ai dû me «pitcher» en bas de la table pour survivre et éviter de me retrouver tout nu à Télé-Québec. J’ai vraiment eu l’air fou, mais j’ai trouvé ça drôle. Je ne me sentais pas mal, mais je me demandais jusqu’à quand j’allais pouvoir garder mon sérieux et surtout garder mon personnage de gars mort.»

• À lire aussi: Pier-Luc Funk est en couple avec une comédienne de District 31

Le magazine CROC est en vente dans tous les bons magasins et à Jemagazine.ca

À VOIR AUSSI

Sur le même sujet

À lire aussi

Et encore plus